Coffret VODO : Dinner Date

C’est au tour du jeu vidéo de faire son entrée dans le bundle NSFW. A vrai dire, les avis sont partagés au sujet du statut vidéo-ludique de Dinner Date ; pour certains, il s’agit plus d’une expérience intellectuelle et d’une œuvre d’art interactive que d’un jeu vidéo à proprement parler. Dinner Date est un simulateur de lapin. Vous incarnez le subconscient d’un certain Julian Luxemburg qui, attablé dans sa cuisine, attend en vain. Il a fait la cuisine, allumé des bougies, acheté une bonne bouteille de vin pour rien, personne ne vient. Ceux qui ont déjà pris un lapin savent, ça pique un peu. L’idée de Jeroen D. Stout, le créateur du jeu, est de simuler l’effondrement psychologique général qui peut découler d’un événement en apparence aussi anodin qu’un rendez-vous raté.

On ne va pas vous mentir, Dinner Date est franchement laid. Avec un Pentium III, ça tournera sûrement comme un charme. Heureusement, le jeu vidéo est le seul domaine dans lequel l’excuse de la beauté intérieure est valable ! Allez, Pokemon Stadium et Metal Gear Solide aussi étaient de véritables cageots, on les aimait tout de même tendrement. Pareil pour Dinner Date, qui a quand même de sérieux arguments : grâce à son concept extrêmement novateur, le jeu propose une réflexion inhabituelle sur l’homme moderne et sur sa condition d’esclave protéiforme. Le simulateur d’introspection douloureuse, il fallait y penser.

Dinner Date fait partie du bundle NSFW de VODO, celui qu’on pourrait bien vous faire gagner si vous nous envoyez un e-mail plein de tendresse à [email protected]. Sinon, vous pouvez vous le procurer par ici. Ça fait déjà quelques jours qu’on vous en parle, vous connaissez le principe : pour le coffret de base, qui contient la bande-dessinée Chester 5000l’EP d’Animal Chuki, le documentaire A Labor of Love et le jeu vidéo Dinner Date, vous payez ce qui vous semble juste. Même un dollar fera l’affaire. Par contre, à partir de vingt dollars, vous aurez accès au bundle complet et à ses douze livres, films et jeux vidéo.

Aucun commentaire. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire