La cumpilation de la semaine #22

Cette semaine a été marquée par le ballet des livreurs, venus nous apporter plein de jouets pour adultes et entrouvrir des portes vers le futur du fap. Ça a même failli tourner au pugilat quand Saint-Sernin est passé réclamer les siens en nous braquant au bureau. Sale histoire pour une histoire d’orgasme augmenté. Pendant ce temps-là, le Serbe restait calme sur son petit ordi passant de Reddit à 4chan puis à Reddit un nombre incalculable de fois. Quant à moi, je veillais en bon père de famille sur ce petit monde, à la manoeuvre sur notre Caravelle pour découvrir le nouveau monde. Gonzo.

#Sochi2014

• L’amour, c’est aussi penser à ceux qui souffrent. On en profite pour rappeler qu’en Russie les gays, les lesbiennes et les trans se font tabasser juste pour vivre leur amour. En réaction à l’odieuse homophobie valorisée par Poutine, Richard Kern, le photographe, en collaboration avec la chanteuse Annie et l’artiste Bjarne Melgaard ont sorti un clip, Russian Kiss, qui célèbre la différence et non l’indifférence !

La vie dans le porn

• Depuis la méchante attirance que sa carrière de DJ a soulevée chez les mecs du Tag, Jessie Andrews continue de nous séduire avec une folle plongée dans l’univers du mannequinat en bikini. Sur les pubs American Apparel ou sur les plages de Miami, elle exhibe son corps tissé d’une soie pure qu’on a terriblement envie de caresser.

• Lucie Wilde a d’énormes seins naturels qui pèsent sur son âme et sa colonne vertébrale. Sans doute est-ce là l’origine de l’humeur maussade que son regard affiche en permanence. Elle a beau sourire, on ne peut s’empêcher d’imaginer que son esprit est peuplé de pensées suicidaires. L’interview des pornographes de DDF ne fait que confirmer ce sentiment. Son visage est figé et quand elle sourit, on la voit qui pleure.

• Aux États-Unis, les cheerleaders sont des célébrités. Même les mecs qui regardent sous les jupettes pendant les portés. L’un d’eux ne s’intéressait pas autant qu’Alain Souchon à ce mystère, il s’appelait Apple Graceffa et a entamé depuis une carrière dans le porno gay. Dans The Wire, Liam Riley, son nouveau pseudo, s’explique sur son choix de lâcher les pompons et d’agripper de gros bâtons à la place.

A la loupe

cuckold-milf-01

Le cuckold se pratique même chez les Skinheads

• Le cuckold est très populaire sur les tubes. Chico Dusty de Sex.com s’interroge sur ce tag qui consiste à mater un mec habillé qui mate sa femme se faire démonter par un mec tout nu et souvent noir. Parfois dans l’humiliation légère, parfois jusqu’au léchage de semence, le cuckold plaît aux fappeurs et l’article, inspiré d’une parution d’un docteur en psychologie, présente les raisons de cette fascination.

• Kinky a interrogé Jasmine Jade, une ancienne actrice reconvertie dans la sexcam. Ensemble, ils listent 8 contre-vérités sur ce porno qui grignote jour après jour les parts de marché de la vidéo. Alors faut-il être une actrice X pour se lancer ? Est-ce cher de s’équiper ? La sexcam, n’est-ce que du sexe ? Toutes les réponses chez nos confrères de Kinky pour bien se lancer.

• Cosmopolitain, le magazine, s’intéresse beaucoup au porn depuis quelque temps. Leurs journalistes dissèquent l’univers pornographique du coup de gueule de Stoya à « pourquoi les hommes pensent que mater du porn ce n’est pas grand-chose ». Cette semaine, on a droit à une typologie des mecs dans le porno. Vous êtes plutôt « vieux weirdo » ou « mec qui parle trop » ?

• Le docteur David Ley est un psychologue clinique, spécialiste de la sexualité. Egalement diplômé de philosophie, chercheur et écrivain, il a déjà publié deux livres qui traitent respectivement du cuckolding et de l’addiction au sexe, qui relève selon lui du mythe. Entre approbation critique et réactions outrées du public puritain, David Ley a continué son chemin ; sa dernière cible, c’est l’addiction à la pornographie. Selon lui, elle n’existe tout bonnement pas ; on le croit tout à fait, mais il faut avouer que les arguments qu’il avance sont un peu légers.

Bonus

• Ambiance détendue avec le dernier clip de Timber Timbre pour leur chanson Hot Dreams. La formule est plutôt basique ; du bleu, du rose, du violet, des mouvements de caméra extrêmement lents, des fondus enchaînés aériens et surtout une talentueuse strip-teaseuse, le genre qui marrie talons aiguille et pole dance de compétition. On a toujours besoin d’un tempo lascif pour finir sa semaine en beauté.

Photo en une : Liam Riley pour Helix Studios

1 commentaire Voir les commentaires

  • Ce paragraphe sur Lucie Wilde: exactement le sentiment que j’ai quand je la croise sur les tubes. Désormais j’évite cette miss pour éviter de déprimer, hélas…

Laisser un commentaire