Skinema – Belladonna

Après Kimberly Kane et Joanna Angel, la série Skinema de Vice revient sur le parcours emblématique de Belladonna. Au cas où vous auriez passé la dernière décennie dans un trou, Belladonna est une légende vivante du porn. Pas de longueurs biographiques sur l’enfance de l’actrice ou sur la confession mormone de sa famille ;  on ne s’attarde pas sur les vieilles photos de vacances et on va droit vers ce qui nous intéresse : les débuts de Belladonna, comment elle est passée du strip-tease à la pornographie en sautant dans un avion à tout juste dix-huit ans, fuyant son Mississipi natal pour l’air surchauffé de la Californie. Une bien belle rétrospective, humaniste et sans ambages.

Ceux qui connaissent Belladonna n’ont jamais oublié ce sourire et ce regard lourds, cette souplesse, cette énergie ; John Stagliano lui-même l’a décrite comme la « femme aux talents sexuels les plus incroyables » qu’il n’ait jamais vu. D’ailleurs, il est là pour en parler. Chris Nieratko pose les bonnes questions, un peu classiques mais pas idiotes ; il est pudique sans être prude, direct sans être crade. Belladonna se prête au jeu de bon cœur, elle parle de son expérience sans ressentiment ni honte. Elle revient sur sa consommation de drogue, sur sa relation avec Nacho Vidal et surtout sur l’affreuse interview qui l’a transformée, bien malgré elle, en étendard pour pornophobes.

La première partie de ce Skinema s’intéressait aux débuts de Belladonna en tant qu’actrice, c’est à dire jusqu’à 2003 environ ; cette deuxième partie est dédiée à son inévitable ascension dans l’industrie pornographique. John Stagliano est un vrai malin, il a très vite compris que Belladonna serait aussi efficace derrière la caméra que devant. C’est l’âge d’or d’Evil Angel, celui de Fashionistas et du jaillissement de la pornographie gonzo, auquel Belladonna a généreusement participé. Nieratko revient également sur la fameuse chasse aux sorcières anti-porno orchestrée par l’administration Bush, qui a coûté près d’un million de dollars à John Stagliano.

3 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire