Mon coup de teub : Elizabeth

Normalement le « coup de teub » est réservé à Saint-Sernin, seul rédacteur ici-bas à assumer les pleines conséquences de ce jeu de mots douteux. Mais dans son rapport de veille qu’il m’envoie tous les jours en sa qualité de radar humain, il m’a glissé quelques mots-clés qui trahissaient une certaine fébrilité : grosse vidéo, mortel, du lourd. J’ai donc jeté un oeil à son URL prometteuse et là…

Elizabeth est apparue, son nom de famille n’existe pas pour le moment mais elle vient de Russie, terre d’accueil des plus belles créations de Mère Nature. C’est sous l’objectif du tchèque Choze Lorenzo qu’elle se révèle tout en grâce et subtilité. Non c’est complètement faux, voilà ce qui se passe vraiment.

Elizabeth te défonce le crâne, il en reste plus que des petits morceaux éparpillés dans tous les sens, c’est magnifique on dirait un feu d’artifice de matière grise sauf que les couleurs qui en jaillissent n’existent pas. Pure invention ; les portes du futur s’ouvrent en grand et te décoiffent, c’est pas Elizabeth qui apparaît mais un bulldozer venu te décoller du sol pour déposer ton corps de simple mortel dans un coin, certainement au paradis ou pas loin. Les sens sont bousculés, j’ai vu Elizabeth avec mes oreilles, je l’ai senti avec mes yeux, un centième de son image projeté dans ma réalité suffirait à me faire clamser. Les yeux de tarsier, la mâchoire à la hauteur du nombril, les pensées lancées à toute vitesse dans le grand huit des émotions.

Tout ça pour quoi ? Un simple book pour celle qui n’a qu’un prénom et présenter le travail de Choze. L’année commence en roue arrière sur les autoroutes de l’Est, on accroche notre ceinture.

Musique : Immigrant Song – Trent Reznor

7 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire