C’est quoi ton porn Navo ?

Bruno Muschio est Navo, l’auteur de La Bande Pas Dessinée, mais aussi le coauteur et le coréalisateur de bref. Avec Kyan Khojandi, il est même monté sur scène. Mais Navo préfère écrire que jouer. Il a hanté les coulisses du Jamel Comedy Club durant la période phare, il soufflait des vannes à pas mal d’humoristes. Ce statut un peu en retrait lui convient tout à fait et grâce au succès de bref., il a pu faire entendre sa voix, celle du gars qui se prend la tête devant le .doc Word encore vierge. Cette voix, elle ne s’exprime jamais vraiment, cachée derrière les figures de la création mises en avant par habitude, celles de l’acteur et du réalisateur. Merci à Navo pour ça. En attendant de terminer le futur film adapté de bref., Navo nous raconte son porn et sa préférence pour le sopalin.

Ton premier porno, c’était quoi ?
J’ai du mal à m’en rappeler, j’ai deux souvenirs assez précis. Le premier, c’est La Princesse Et La Pute que mon pote d’enfance Kheiron s’était procuré, je ne sais pas trop comment. Un bon vieux boulard plutôt bien produit, avec du costume d’époque et tout. Un peu plus tôt, je crois que j’ai vu un truc que je n’aurais pas dû voir, j’étais beaucoup trop jeune et des amis de ma famille s’étaient procuré un film qui s’appelait Mammouth Mamas (de mémoire) et qui était un porno spécial grosse. Genre très grosse. Fat. Ils regardaient ça pour rire, mais c’était chelou. La preuve, j’en parle encore aujourd’hui.

Quelle est la dernière scène que tu as vue ?
J’en suis assez fier, parce que c’était pile entre 23h30 et 0h30, ce 31 décembre. Je n’aime pas trop faire la fête et encore moins quand ce n’est pas moi qui décide quand et pourquoi. Du coup, j’ai passé mon réveillon à jouer aux jeux vidéo et à mater du porno (c’est plutôt ça “faire la fête”, non ?). La dernière scène, du coup, je crois que c’est une jeune fille qui s’appelle Luba Love, dans une vidéo pas super bien foutue de drunk (où la fille fait genre, elle est trop bourrée pour se défendre, même si tu sens l’eau du robinet dans les bouteilles de vodka). Je trouvais que c’était de circonstance vu le nombre de gens qui se bourraient la gueule au même moment.

Luba, scénariste du tag drunk

Luba, scénariste du tag drunk

Tu as des tags de prédilection ? Un tag parfait ?
J’en ai quelques-uns. Tout ce qui est boobs, busty, hugetits pour ce qui est de la meuf et deepthroat, forced, used pour ce qui est de l’action. J’aime bien quand c’est violent, humiliant pour la fille. Je trouve que c’est fascinant parce que ça appelle des démons que je ne côtoie jamais en dehors du porno, dans ma vie perso. Je suis un garçon gentil et ultra respectueux avec les filles, et du coup, le porno c’est un peu comme jouer avec le feu, chercher un truc un peu sombre et le rendre ludique.
Du coup, je n’ai pas vraiment de tag parfait, ça dépend de l’humeur, mais ceux ci-dessus sont dans le top.

Dans La Bande Pas Dessinée, tu réponds à un portrait chinois et la zoophilie semble t’attirer beaucoup. Que trouves-tu de plus aux animaux que les humains n’ont pas ?
Malheureusement (pour vous), c’était complètement absurde, ce portrait chinois et je ne suis pas du tout attiré par la zoophilie. J’ai regardé, pour savoir, et je trouve que c’est toujours un peu relou pour l’animal et la plupart du temps, c’est bancal. J’ai cru comprendre que c’était pas mal lié à l’humiliation, tu sens souvent le mec derrière sa caméra qui dit « vas-y ! Suce Rex !!! » donc je comprends le délire, mais c’est pas ma came.

Et pour répondre à la question « que trouves-tu de plus aux animaux » franchement : rien. J’aimerais bien dire « eux au moins sont fidèles » ou une autre punchline à la Guitry, mais je trouve qu’ils ne servent à rien.

Tu as des tags interdits ?
Non, je ne pense pas. Il y en a qui ne vont pas m’exciter sexuellement (genre scato, ballbusting, domination), mais je les aime tous. J’avais fait un sketch sur scène où j’expliquais à la salle les différents tags, du coup, ils m’ont tous d’une façon ou d’une autre apporté de la joie. Merci les tags.

As-tu des actrices, acteurs préférés ?
Hitomi Tanaka et Faye Reagan. La première parce que plus les seins sont énormes, mieux je me porte et que c’est quand même une déesse à ce niveau-là (surtout qu’elle fait du hard, ce qui est rare pour les models gros seins), la seconde parce qu’elle a un côté next door et qu’elle fait partie des rares qui en font trop quand elles simulent mais que j’aime bien quand même. Y a des gens comme ça, ils en font trop, mais tu les kiffes. Faye Reagan, c’est un peu la Fabrice Luchini du porno.

hitomi tanaka

Hitomi Tanaka et ses énormes problèmes de dos

Tu es un auteur de talent et un homme de concept, ce serait quoi un scénario ou un concept de porno par Navo ?
Je développerais du porno 3D ultra quali, mais genre, vraiment ultra-réaliste, couplé à un logiciel qui te permet de générer les personnages à partir de photos (trouvées sur Facebook, sur ton appareil, etc.). T’imagines un peu le truc ? Tu pourrais faire faire des choses tellement sales à ta voisine ou à Lætitia, la meuf qui te faisait rêver quand t’avais 14 ans, ou à ta mère si c’est ton délire, peu importe.

Je suis toujours étonné que ça n’existe pas, le mec qui fait ça sera milliardaire.

Ou alors, ça existe et personne ne m’en a parlé, ce qui fait de vous des enfoirés. Faites croquer, putain !

Et une bande pas dessinée porno ?
Ça demanderait beaucoup beaucoup de talent pour être excitant.

Quel aurait été ton pseudo de porno star ?
Donovan Hélicoptère

Bref. vous présente la #teamsopalin

Bref. vous présente la #TeamSopalin

À propos du héros de bref., il utilise du sopalin pour ses faps. Vous étiez sérieux ? Qui fait ça ?
Moi ! T’utilises quoi, toi ? Perso, le sopalin est mon partenaire fap pour toujours. À la fois réceptacle, essuie-tout, passe partout, c’est l’ami des petites et des grandes.
Ta question est bizarre parce que la plupart des potes avec qui j’en ai parlé utilisent du sopalin.

#TeamMouchoirsEnPapier.

Le héros de bref. a une grande tolérance à l’hétéroflexibilité (l’épisode avec Pénélope Bagieu), est-ce un combat pour toi de faire reconnaître les bienfaits de l’hétéroflexibilité ?
Pas spécialement dans « bref. » mais c’est vrai que dans la vie, on y gagnerait, je pense. Dans l’épisode, il fait ça parce qu’il est bourré. Ce qui est important, c’est la chute, où il demande au mec s’ils ont baisé. Il lui répond oui, et le héros fait juste une tête genre « ok, pourquoi pas ! ». C’est ce truc que je trouve cool à montrer : une fois que tu l’as fait, tu te rends compte que c’est pas si grave. La vérité, c’est qu’on s’en bat les couilles ! Mais avant de le faire, ça a l’air super important, super grave, genre tu vas sucer une bite et toute ta vie va changer. Faudrait se détendre là-dessus. Après, quand il apprend que son frère est gay, c’est plus compliqué pour lui. Il met plus de temps à l’accepter. Ça touche à un trait de caractère important du personnage : l’égocentrisme, l’égoïsme. Il ne comprend vraiment les choses que quand elles lui arrivent, avant ça, il a juste une idée toute faite de la chose qui lui a été livrée par la société.

Pour terminer que pense Dieu du porno ?

Photo en une : Navo par Chloé Vollmer-Lo

2 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire