Ma passion folle pour Larkin Love

Larkin Love m’a ébranlé quand je suis tombé, en septembre dernier, sur sa chaîne Clip4Sale. Sans l’ombre d’une hésitation, j’ai pensé aux lecteurs du Tag, il me fallait absolument partager cette beauté troublante avec vous. Mais de quelle manière ? J’ai tatillonné, j’ai tergiversé, à force d’atermoyer, le travail en retard s’accumula et, de Miss Larkin, je ne vous parlais pas.

Puis le 1er octobre, un coup de grâce tragique acheva mon article fantasmé. Je désirais tant pondre un papier à la fois biographique, complet et qui vous transcenderait qu’un autre gars l’a écrit à ma place. Terrible concurrence des internets, ces salopards de Fier Panda, l’excellent nega-scott en l’occurrence, avaient largué une bombe textuelle si pleine de verve poétique qu’elle annihila toute velléité de ma part. Bande de bâtards, il ne me restait plus qu’à fapper sur une des vidéos de Larkin aux grands yeux pour tromper ma déception.

Cette fois-ci, j’ai l’occasion de vous présenter une courte interview, parue chez Inside Adult, de celle dont la langue serpentine et les protubérances mammaires excèdent la norme communément admise. Larkin Love, c’est l’outrance en tout point. Elle domine des orques gonflables, avale des sabres de chair caverneuse en titillant, dans un combo irréel, les bourses industrieuses fournies avec. Elle bave, crache, se déguise, asservit, humilie, elle est une déesse de sexe, baise avec des filles, des monstres, des bouées, je la veux, elle me tente, me fait basculer dans la folie, vas-y Larkin mon amour, mets ta perruque violette et rimjobe-moi avec ta langue de compète pendant que je mate tes fesses.

Clique pour voir la divine Larkin te parler de ses prouesses

Clique pour voir la divine Larkin te parler de ses prouesses

3 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire