Le Japon est une terre d’hétéroflexibilité

En matière d’hétéroflexilibité, le Japon a un coup d’avance. Cet été, une émission de télévision fut mise en ligne, un expert de la pipe pratiquait son art sur un homme hétéro, acteur porno de son état, devant une audience grand public. Oui, un mec en suçait un autre en prime time et les Japonais ont trouvé ça cool.

Apparemment, l’émission s’appelle Orgasm Wars et le principe est simple : faire jouir un partenaire qui n’en aurait pas eu forcément envie en dehors du show. Impossible de mettre la main sur d’autres affrontements orgasmiques, alors difficile de faire la part des choses entre le fake et le buzz, le faux et le ramdam.

Takuya pèse son poids, il n’est pas très attirant à première vue, mais une teub en bouche, il devient le maître Jedi de l’aspiration, le sensei de la gorge profonde, personne ne peut le test. Il se vante de satisfaire 100 % de ses amants, beau score. L’acteur blondinet Ryou Sawai va en faire les frais à son corps défendant. Bien décidé à ne pas venir, sûr de son hétérosexualité excellente, il vacillera sous les assauts méthodiques de Takuya.

Certains et certaines verront là, l’immonde mise en scène du viol ou de la grossophobie intolérable. Takuya et Ryou sont dépeints outrageusement par leur identité sexuelle. Et que dire de ce final explosif, qui sous-entend que l’orgasme est la seule manière de prendre du plaisir et qu’il peut être provoqué par de simples techniques sans induire un affect particulier, en l’occurrence les techniques nommées par Takuya « throat hold » et « high speed vacuum ».

Calmons-nous, la télévision japonaise propose un divertissement, un spectacle marrant. Au final, elle bouscule les tabous et les frontières du sexe, elle intrigue par la démonstration (vraie ou fausse) qu’un hétéro peut jouir grâce à un homme. Et puis, si vous êtes comme moi, vous vous demandez quels sont ces bruits d’aspiration très étranges que produit Takuya. Il faut absolument que j’essaie ça à ma prochaine rencontre sur Adopte.

1 commentaire Voir les commentaires

Laisser un commentaire