Adieu Gérard de Villiers

Mon cher Gérard, mourir à la Toussaint, voilà une fin que tu aurais pu donner à ton héros, le prince Malko Linge. Tu avais cet humour des réactionnaires de droite, cette galéjade qui n’appartient qu’à ceux qui ont connu le temps des colonies et que peu de monde regrette. Tu mettais tout ça dans tes SAS, romans de gare par excellence, dont tu choisissais toi-même les modèles pour la couverture.

Ces femmes guerrières, armées, au regard féroce, elles ont été les premières images érotiques pour beaucoup d’entre nous. Cette esthétique kitsch s’est répandue, même Helmut Newton a voulu réaliser un de tes couvertures. Avec les scènes de sexe dans les bouquins que tu écrivais toi-même, tu faisais bander nos darons depuis 50 ans. Et tu continuais mon salaud. Tu as eu la trique jusqu’au bout puisque ton 200e SAS est sorti en octobre dernier.

sas2

Les aventures de Malko étaient souvent inspirées de vraies infos que tu obtenais auprès de tes relations dans les milieux de l’espionnage ou sur le terrain comme en Libye, en Afghanistan, où tu t’es déplacée. Je n’ai jamais lu un seul SAS, bien trop mauvaise réputation, comme toi. Mais le portrait paru dans M le magazine du Monde m’avait donné envie d’en acheter un, ainsi que ta reconnaissance par le New York Times. Je souhaitais vérifier par moi-même si les millions d’exemplaires vendus valaient vraiment leur succès. Et puis, je voulais savoir si les amazones en couverture ressemblaient aux personnages féminins que Malko honorait entre deux missions. J’en doute, vu le réac que tu étais et les propos de ton ex-femme, Christine, qui te déteste : « Gérard n’aime pas les femmes. Quand je me suis installée chez lui, j’ai eu l’impression d’arriver chez Barbe Bleue » confiait-elle au Monde.

de_villiersgerard-sas-195panique_a_bamako

Avec toi, Gérard, c’est une France qui s’efface, la France à la papa, celle des paroles limites, sexistes et homophobes, et racistes aussi. Si tu lisais le Tag parfait, tu n’aurais sans doute pas aimé toutes ces shemales et ces transmen, ces homos qui s’enfilent gaiement et ces lesbiennes qui n’ont pas besoin d’hommes. Tu aurais tourné de l’œil en apprenant ce qu’était le pegging, j’en suis sûr.

Adieu Gérard, c’est décidé, je vais lire un de tes SAS. Je veux savoir si j’ai raison de ne pas regretter ce que tu représentes.

Photo de une, modèle : Mia Frye

14 commentaires Voir les commentaires

  • Article ultra limite! La mémoire des défunts ne devrait jamais être déshonorée comme ça, en tout cas pas si tôt. Si tu avais des choses à lui reprocher tu aurai du le dire plus tôt et non attendre qu’il meurt pour le descendre.

  • « Adieu Gérard, c’est décidé, je vais lire un de tes SAS. Je veux savoir si j’ai raison de ne pas regretter ce que tu représentes. »

    Le plus malin aurait encore été de le faire avant d’écrire l’article

  • effectivement article mauvais et de mauvais gout…

    Votre site est sinon pas mal chèr tag parfait. C’est juste Dommage que vous soyez gravement contaminé par l’idéologie dogmatique socialiste bobo gauchiste.

  • Je ne vois pas pourquoi quelqu’un qui n’avait rien de respectable de son vivant devrait subitement le devenir sous prétexte qu’il est mort.

    L’article hommage du Monde m’avait bien fait marrer tellement il n’en finissait plus de trahir la véritable nature de ce pauvre Gérard.

  • J’adore lire ses romans quand je suis en vacances je me fais d’ailleurs tailler par ma meuf à chaque vacances. Je vous recommande de les lire notamment « sauve qui peut a Kaboul » 2 tome (meme si ce n’est pas de la grande littérature je vous l’accorde). J’ai un long voyage durant le mois de décembre je vais en acheter au moins 3. RIP Gérard et continue d’écrire là haut car je veux de la lecture quand j’arriverai

  • Pas pour en rajouter une couche, mais même si on peut pas tellement vous contredire sur le vieux misogyne fascisant qu’on voit apparaître partout et qui suinte dans les bouquins, en lire vous aurait montré :
    – que vous avez raté (et je pense pas que vous rattrapiez les 200 épisodes que vous avez en retard) un grand pan de la littérature de gare (et c’est pas péjoratif) parce que c’est juste vachement bien, mais ça c’est votre problème
    – que l’idée de l’homophobe primaire, ça tient pas trop à la lecture. C’est plus subtil que ça, et même si il traite souvent les homos aussi connement que le reste de ses personnages (personnages gras, efféminés, lâches, pervers etc…), non seulement on trouve un certain nombre de scènes gay/bi (à la marge de l’action principale et du héros certes, mais c’est quand même là et c’est souvent très graphique) ; mais on voit aussi dans une grande partie des bouquins un arrière-plan plus ambigu que ça, avec une ambivalence de certaines scènes de séduction et une ambiguïté des descriptions certaines scènes de sexe hétéro qui peuvent laisser voir que GDV n’était pas du tout aussi imperméable que vous semblez le penser à tout ce qui n’est pas pur hétéro et qu’il avait même une certaine finesse dans ses descriptions du désir sexuel. Enfin, les lesbiennes qui n’ont pas besoin d’homme, je peux vous donner dix extraits qui montrent que ça ne le dérange pas plus que ça.
    Pour résumer, il aurait sans doute râlé sur la décadence des mœurs occidentales (et encore…), mais je ne pense pas que des shemale l’auraient particulièrement débecté, et surtout, je ne vois pas grand-chose sur le site qu’il n’ait pas déjà décrit d’une manière ou d’une autre. Quant à se vanter que vous l’auriez fait tourner de l’œil, vous vous égarez un peu dans l’auto-kiffage je pense…

    Mais bon, à part ça, bête d’article. Et bon site pour faire un bête d’article sur GDV.

Laisser un commentaire