Cryptozoophilie et paléozoophilie font le buzz

Les gens dénoncent l’escalade des pratiques hardcore dans le porno, mais quand la littérature érotique devient zoophile, ça, le monde s’en tamponne… Ni documentaire à la télévision, ni recherche universitaire pour savoir si les lecteurs et les lectrices verront leur cortex modifié par ces dérives nées d’un esprit malade. Surtout que l’affaire qui nous intéresse concerne la cryptozoophilie et la paléozoophilie ; bien obligé de créer ces deux néologismes pour dénoncer Christie Sims, Alara Branwen et leurs ouvrages sexuels incluant humains, monstres et dinosaures.

Aujourd’hui, sur les réseaux, le buzz s’emballe. Internet découvre sur Amazon des nouvelles impliquant des rapports charnels entre femmes et sauriens du jurassique ou créatures fantastiques. Tout le monde s’en amuse, mais nous préférons nous méfier. Oui, on ne rigole pas avec ce genre d’histoire. Depuis quand les fantasmes sont-ils un terrain de jeu où l’esprit pourrait vagabonder sans limites sur le territoire de l’absurdité ?

Et si un adolescent tombait sur ce passage par exemple : « une langue de reptile, raide et chaude, se précipitant pour lécher la chair tendre et nue si soudainement exposée. Azog pantèle à chaque coup, mais se détend doucement au rythme de son corps se réchauffant sous l’enivrante sensation de la peau de la bête contre la sienne. » (traduction maison) Alors ? Ce n’est pas un peu dangereux pour un jeune en construction de s’imaginer coucher avec un velociraptor ? Quel avenir pour sa sexualité ?

Christie Sims et Alara Branwen en rajoutent en prêtant à leurs héroïnes des passions contre nature avec des Trolls, des griffons, des centaures et aussi Satan. Non, elles vont trop loin, beaucoup trop loin. Nous ne voulons pas cautionner ça. Si ce n’était pas la qualité exemplaire des couvertures, nous n’aurions même pas parlé de ces sottises.

enhanced-buzz-27357-1380730075-8

enhanced-buzz-10726-1380730010-35

enhanced-buzz-27130-1380729560-0

enhanced-buzz-3413-1380729419-83

2940148671237_p0_v1_s600

2940148671275_p0_v1_s600

Nous vivons donc dans un monde où la cryptozoophilie et la paléozoophilie deviennent des pratiques courantes et acceptées. Rigolez maintenant, vous ferez moins les malins quand votre fille se ramènera avec un T-Rex au repas dominical.

5 commentaires Voir les commentaires

  • Je vais rajouter ma petite pierre à l’édifice de Saint-Sernin en rajoutant à cet article une vision un chouille plus réel. L’éditeur de « jouets pour adulte » Bad Dragon (http://bad-dragon.com/) est depuis pas mal de temps sur ce créneau animalo-fantastique pour ceux et celles qui n’ont peur de rien. Je conseille ardemment la lecture de chacun de ces produits. Ne me remerciez pas, c’est naturel.

  • Ouais mais le tentacule de Bad Dragon, j’ai jamais trouvé un mec/fille/être humain pour me faire ça… et quid de la tératophilie, fétichisme des monstres, ou de l’exobiophilie avec les aliens ? Ah, dans quel monde on vit…

  • « une langue de reptile, raide et chaude, se précipitant pour lécher la chair tendre et nue si soudainement exposée. Azog pantèle à chaque coup, mais se détend doucement au rythme de son corps se réchauffant sous l’enivrante sensation de la peau de la bête contre la sienne. »

    Hors contexte sa pourrait être un mec sauvage.

  • Pour moi sa ressemble plus au coté sauvage de la chose, des situations, du figuré( sauf peut etre pour le « triceratops » o.O), après c’est sur je ne les ai pas lus.

  • Encore un coup des animaux préhistoriques partouzeurs de droite

    http://www.youtube.com/watch?v=vjFVkP9JWxY

Laisser un commentaire