L’été qui s’achève

Le temps se gâte, les peaux se rhabillent, la vitamine D commence à décliner dans notre organisme, mais il nous reste les souvenirs. Laissez-moi vous en raconter un qui date un peu, mais dont l’évocation suffit à générer un bel afflux sanguin dans mes cavernes du désir. Coup d’œil dans le rétroviseur.

D’humeur aventureuse, j’aime voyager en solitaire pour mes vacances. Vous vous tromperiez en imaginant que je squatte les hôtels-clubs et autres endroits de villégiature de masse pour pécho de la touriste. Je préfère la nature et sa tranquillité. En fait, je pars en randonnée, ma petite passion.

Randonue pour Saint-Sernin

Randonue pour Saint-Sernin

Dans un pays lointain, je me trouvais au bout de la terre. Au-delà, c’était le territoire des dieux locaux et je n’avais pas envie de m’y confronter. La prudence garantit toujours un retour sans Europe Assistance. Bordées par l’océan, les plages succédaient à un paysage de dunes et se découpaient en baie entre des promontoires de pierres affrontant les vagues. Un désert abandonné en somme, dont une aire de camping sauvage marquait seule l’empreinte humaine.

J’entamais ma marche sous un soleil déjà brûlant malgré l’heure matinale. Le vent marin offrait un rafraîchissement agréable dont se privaient quatre individus abrités derrière une dune. J’étais éloigné lorsque je les aperçus. Me rapprochant sans signaler ma présence, je compris que les deux couples s’apprêtaient à se mettre du sable partout sans vraiment le vouloir.

La vidéo suivante vous aidera à vous figurer le spectacle auquel j’assistai. La bagatelle dura un long moment et le retard pris me fit rejoindre le camping sans terminer ma randonnée. Plus tard dans la journée, je les ai croisés, attendant pour la douche. Ils avaient l’air heureux et je n’ai pas osé leur avouer mon voyeurisme.

5 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire