Blogger menace de fermer ses blogs « adulte »

C’est la fameuse auteure et journaliste porno-sexe Violet Blue (de TinyNibbles) qui la première a alerté le monde entier : Blogger (la plateforme d’hébergement de blogs de Google) va effacer les blogs qui monétisent du contenu adulte à partir du 30 juin (dans 96 heures — sympathique coup de pression).

Pour ceux qui l’ignorent encore, le business-model de ces sites est basé principalement sur l’affiliation (ce qu’on appelle aussi le CPA pour « coût par action » : quand vous cliquez sur une bannière ou sur un lien et que vous achetez un produit du site en question, une partie du revenu généré est reversée au site). C’est aussi le cas de la plupart des sites porno avec du contenu éditorial, que ce soit Violet Blue, Fleshbot ou même chez nous de temps en temps. Vous pouvez repérer ces liens au fait qu’ils ont un code affilié, généralement une url plus longue comportant un lien de tracking.

blogger-capture

Tumblr avait déjà commencé une petite guerre il y a quelques mois aux gens qui abusaient de ce système de ce marketing d’affiliation, mais avait laissé tranquilles les autres. La donne est différente chez Google. Leur positionnement est clair depuis un moment sans que cela ne soit officiel : ils ne veulent plus entendre parler de porno.

Tout ça se traduit par des petites quenelles à gauche, à droite : pénalités sans explications, baisse sensible du référencement naturel, impossibilité d’achat d’Adwords, pas de porn pour les Google Glass, politique sur le contenu encore plus sévère que Facebook dans Google +, Google Suggest désactivé… Un monde qui commence à fatiguer bon nombre de pornocrates, et au-delà.

Il s’agirait surtout de savoir ce qu’ils entendent par « adulte ». Est-ce qu’on parle seulement de porno ? Est-ce que cela comporte la sphère exhib et libertine ? La photo érotique ? Comme à son habitude, Google reste muet sur ces questions et se contente de taper là où ça fait mal, sans qu’on puisse ouvertement parler de censure : au porte-monnaie.

Une politique qui nous amène de plus en plus à se poser cette question : un monde sans Google est-t-il souhaitable ?

Note : On vous conseille de suivre le billet de The Next Web à ce sujet qui ne manquera d’être mis à jour dès qu’ils auront plus d’informations.

3 commentaires Voir les commentaires

  • Euh, ils durcissent un peu leurs règles (ou plutot vont simplement les appliquer strictement), mais ça fait un bon moment qu’on est pas sensé faire de la maille avec du porn sur blogger.

    Une bête recherche google montre qu’en 2011 les CGU disaient déja:

    « Do not use Blogger as a way to make money on adult content. For example, don’t create blogs where a significant percentage of the content is ads or links to commercial porn sites. »

    (oui car google fait aussi moteur de recherche, uhuh )

    La première phrase est aussi simple qu’explicite. Et pour ce genre de contenu, qui plus est si on veut le monétiser, vaut mieux de toutes façons privilégier un hébergement payant.

    • Et quand vous dites:

      « Il s’agirait surtout de savoir ce qu’ils entendent par « adulte ». Est-ce qu’on parle seulement de porno ? Est-ce que cela comporte la sphère exhib et libertine ? La photo érotique ? Comme à son habitude, Google reste muet sur ces questions  »

      Encore une fois je vous renvoye aux conditions d’utilisation de Blogger, ils ne m’ont pas l’air si muet:

      « Contenu réservé aux adultes : le contenu réservé aux adultes est autorisé sur Blogger, y compris les images ou vidéos comportant des scènes de nudité ou d’activité sexuelle.  »

      Donc oui, les éléments que vous mentionnez sont inclus dans le contenu adulte. Le mail de Google est laconique, ce n’est pas pour autant qu’ils taisent des infos: ceux qui ont reçus ce mail de Google hébergent du porno sur Blogger, et sont quand même sensés s’être renseignés sur ce qu’il était possible d’y mettre ou pas.

Laisser un commentaire