Qui c’est qu’a pété ?

Le prout, cette frontière ultime du couple. Certains s’en amusent, ceux-là sont souvent fans de Scènes de ménage. Les autres ont une réaction de dégoût. Je fais partie de la seconde catégorie.

Jamais, je n’ai pété en compagnie féminine. Pourtant, évacuer un peu la pression m’aurait permis de paraître moins crispé et de conclure plus facilement lors de certains rencards. Que voulez-vous, j’ai un blocage.

La sagesse populaire pense à tort que le porno allemand est le plus dégueulasse. C’est une usurpation que le Brésil devrait dénoncer, car la palme du porno crado et extrême leur revient de droit. Rappelez-vous, 2girls1cup, c’était brésilien. Nacho Vidal qui encule joyeusement des Trans, c’était brésilien. Bouffer de la bave jusqu’à plus soif, c’était brésilien.

Terre de foot et de contraste, le Brésil fappe aussi bien #GisèleBundchen que #Fart. Mais là, il ne s’agit pas du vent rigolo qui crée une complicité dans un groupe (cf le Loft première édition). Non, ici, le pet est industriel, sans retenue, sans limites. Ça pète dans tous les coins, un mitraillage en règle sur le visage d’une innocente qui préfèrerait respirer l’odeur des tilleuls bientôt en fleurs.

La torture emprunte des chemins tortueux. Afin que la victime aspire leurs gaz intestinaux, les trois Brésiliennes péteuses usent d’accessoires inventifs : un entonnoir et un long tube de carton. Mais le contact direct est privilégié. Directement du producteur au consommateur, c’est le commerce équitable du porn. Vive les circuits courts ! L’amateur de rimjob que je suis n’est pas resté insensible à cette touchante authenticité.

Attention cependant, l’ingestion de gaz nuit à la santé. Ne reproduisez pas cela chez vous. Composée de méthane (inflammable) et de dioxyde de carbone (asphyxie), la flatulence est à consommer avec modération tant pour l’individu que pour la planète. Mais bon, les Brésiliens s’en fichent pas mal, ils ont la forêt amazonienne pour compenser leur bilan carbone.

5 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire