Stoya à la une

Stoya, la belle Stoya, est cette semaine en couverture du célèbre hebdomadaire new-yorkais « The Village Voice », qui lui attribue le titre de Prettiest girl in New York et lui consacre un article de quatre pages (pour la version en ligne). Pour nos lecteurs qui ne seraient pas familiers dela langue de Shakespeare ou qui auraient simplement la flemme de tout lire, voici un petit condensé des meilleurs extraits de cet article à rallonge – et qui se répète parfois – sur la plus belle girl next-door de Brooklyn, qui achèvera de convaincre ceux qui se demanderaient encore s’ils sont amoureux d’elle, ou convertira ceux qui ne la connaissent pas encore.

Village Voice une Stoya front page

  • Elle fume beaucoup : clope sur clope, même. Des Parliament Light, pour être tout à fait précis.
  • Elle crache sur les bagnoles des gens qui l’insultent : et se justifie en citant Hunter S. Thompson qui disait ne devoir sa santé qu’au fait de ne jamais garder une émotion à l’intérieur.
  • Elle a refusé de se faire refaire la poitrine : deux fois, et ce alors que Digital Playground lui proposait de payer l’opération. Quand la compagnie l’a placée aux côtés d’un chirurgien de renom lors d’une cérémonie quelconque, elle s’est contentée de dire « J’ai vu votre travail, et je ne suis pas impressionnée ».
  • C’est une enfant précoce : elle a quitté l’école à six ans en demandant à être scolarisée à la maison ; elle a commencé à fumer à douze ans ; première relation sexuelle à treize ans ; elle a habité toute seule à seize ans.
  • C’est Britney Spears qui lui a donné envie de faire l’amour pour la première fois : c’est en tout cas en voyant une photo de Britney prôner la virginité dans Rolling Stone, en soutien-gorge et avec une peluche de Teletubby sous le bras qu’elle a décidé, à treize ans, de trouver un garçon pas trop moche et ayant l’air d’avoir plus de seize ans dans un centre commercial pour sauter le pas. « C’était pas très intéressant, mais c’était fait », commentera-t-elle simplement.
  • Elle a fait plein de jobs avant d’être actrice : chez Subway (virée au bout de six jours pour avoir blindé de piment le sandwich d’un client chiant) ; dans un restau italien ; au rayon bébé de chez Burberry, ou encore assistante d’un promoteur de soirées.
  • Elle met des paillettes partout : ses dessous, les murs de son appartement… partout.
  • Elle sait passer incognito  : vous vous souvenez de cette intervention de James Deen dans une université californienne ? Stoya était là. Dans le fond de l’amphi. Et de l’aveu même de l’enseignant à l’initiative du cours, « personne ne l’avait reconnue, en civil« .

Autant d’éléments qui font de Stoya une actrice à part, que l’on chérit depuis la première heure. Bon week-end à tous et bonne lecture.

6 commentaires Voir les commentaires

  • L’article précise-t-il que James Deen est un enculé ? Si non je le précise.

  • @LePorn James: Un enculé pourquoi ?

    • Parce qu’il a privatisé Stoya ! Il a brisé mon coeur :'(

      • Je crois que tu t’enflamme mon cher, Stoya n’est pas privatisé.
        il y a quelques semaines tu pouvais tomber sur 1-2 nouveau Dplayground et qui tu vois s’amuser avec différents acteurs.
        Et oui Stoya.
        A tort ou à raison, je crois pas que la belle changerai sa carrière pour un mec, mais je dis ça je n’en sais rien, j’ai survolé son article.
        Et un autre truc, c’est perso. je vois pas la nécessité de traité un gars d’enculé, juste pour la blague.
        C’est comme si je te disais que tu étais un connard à la main droite tellement occupé que tu en oubli de réfléchir.
        Je le pense pas, j’ai aucune raison de le penser.
        Non?
        Enfin je crois. Bref un peu de recherche et ça peut t’éviter les mauvais jeu de mot,leporn james.

  • Business as usual.
    Mais intelligemment mene.
    Si elle pouvait delivrer d’autres scenes un poil bandantes a la hauteur de Bad Girls 7, ca serait pas mal aussi.
    Mais ca sent un peu le buzz moisi et la fin des haricots.
    IMO

  • Cher staff du Tag Parfait,

    Pour vous remercier de votre excellent travail, je me permets d’attirer votre attention sur l’article suivant, au cas où vous ne l’ayez pas encore repéré. Ça vous intéressera peut-être…

    Je poste ici puisque mademoiselle Stoya y figure.

    Keep up the good work!
    http://www.salon.com/2012/08/24/turning_orgasm_into_art/

Laisser un commentaire

Le Bon Fap