Miss Teen USA, la sextape de trop !

– Que se passe-t-il ? Encore une histoire de sextape ? C’est bon, je m’en occupe.

Depuis que le porno est porno, chaque fappeur, chaque fappeuse rêve de voir une vedette sur laquelle il ou elle fantasme dans une chouette petite scène qui donnerait du relief à ses songes. Pamela Anderson fut une des premières à nous permettre de voir ce que l’on ne faisait qu’imaginer avant (pour les hommes, citons l’acteur Colin Farrell comme un des premiers).

Playboy a fait son beurre sur les célébrités posant nues pour le magazine. Voilà donc un des fantasmes ultimes de l’être humain : dévoiler ce qu’on lui cache. Et nulle nécessité impérieuse de passer à la télé, j’aurais tellement voulu trouver la grande sœur d’un de mes potes du lycée nue sur Internet.

Paris Hilton Sextape

La sextape n°1

Les technologies évoluant, les images et les vidéos de personnes connues et en petite tenue ont fleuri, sauvegardées avec bienveillance sur nos disques durs. Le phénomène a pris de l’ampleur et maintenant c’est à celui ou celle qui fera le plus gros ramdam avec sa nudité. Je vous le dis, depuis Cindy de Dilemme, la sextape est morte.

Cindy de Dilemme sextape

Tu as tué la sextape, garce !

Preuve en est, ce nouveau scandale. La Miss Teen USA du Delaware aurait fait une sextape. Mon œil, vous vous foutez de nos gueules. Je n’ai pas lu grand-chose sur l’histoire. Mais c’est pathétique. Il ne s’agit pas d’une sextape en premier lieu. Pour qu’il y est sextape, il faut du leak, une volonté farouche de conserver l’objet intime qu’un petit malin offre à la vue de tous (merci encore Christopher Chaney). Ici, la jeune femme tourne pour une production porno. Elle est payée. En second lieu, on s’en tamponne un peu qu’une Miss d’un État obscur outre-Atlantique se retrouve actrice porno. La dernière Miss France, nous y prêterions plus d’attention, mais là, faut pas exagérer.

Cependant, professionnel et scrupuleux, j’ai visionné ladite vidéo. Elle n’est pas très intéressante en tant qu’objet pornographique, mais l’analyse contextuelle de l’interprétation masturbatoire mérite que l’on s’y attarde un peu.

Worker office

Je suis professionnel dans mon travail

La jeune femme a 18 ans, elle paraît son âge. Élégamment installée sur le lit d’une chambre d’hôtel, on remarque ses grands pieds et son joli visage plein d’innocence. Elle s’appelle Melissa King, un nom d’actrice porno en puissance. Durant le court entretien préalable et traditionnel, elle nous apprend qu’elle tourne cette vidéo pour le fun, rigoler (comme si suivre PornKid sur Twitter ne suffisait pas) et pour l’argent. Vous m’en direz tant. Nous devinons à ses réponses que le sexe n’est pas sa grande passion, qu’elle a dû avoir un seul petit copain et qu’une fois, elle a dit non à un plan à trois au dernier instant. Mais bon, elle se lance et l’industrie a besoin de sous. Alors une Miss en exercice, ça sonne comme le bruit du tiroir-caisse.

La scène ne vaut que par le scandale qu’elle suscite. L’actrice n’est plus anonyme ou connue par son seul travail dans le X. Il est, ici, plus facile d’imaginer la vie de la jeune femme en dehors du porno. Et la masturbation gagne en intensité. Une étudiante américaine comme tant d’autres, une cheerleader sans doute. Elle s’agenouille, baisse le pantalon de l’acteur et prend machinalement la queue en bouche. On pense alors au cliché de l’Américaine qui suce sans considérer cela comme du sexe. Elle rejette le doigt de l’acteur quand il tente de s’introduire dans son cul (qui n’a jamais vécu ça ?), la proximité est créée. Nous fappons comme si nous la connaissions, elle est une fille croisée en soirée, une fille qu’on souhaiterait apprécier bibliquement. Elle représente la sexualité masquée d’une potentialité enfin dévoilée. Le tag #réalité s’approche un peu plus près de nous par le contexte extérieur à la scène.

Malheureusement, comme la scène est naze, la petite Melissa assez gênée et peu ardente (actrice, c’est un métier), le fap est bien médiocre et on ira terminer devant du travail de pro comme Stoya par exemple.

2 commentaires Voir les commentaires

  • Le site en question, Girls Do Porn, porte finalement bien son nom ! Sinon, c’est vrai que cette vidéo ne restera pas dans les annales du p0rn à part peut-être pour le buzz qui en a découlé. Ils doivent se frotter les mains avec ce gros coup de pub. D’ailleurs sur le thread de freeones (http://board.freeones.com/showthread.php?336095-GirlsDoPorn-(Girls-do-Porn)/page174), que je vous recommande, on commence déjà à déterrer les photos de la fille en miss et avec sa famille, avec un succulent montage photo du moment où elle embrasse la caméra le visage couvert de foutre, et le moment où elle salue la foule en tenue de miss ! Et j’ai l’impression que ce n’est pas la première fois qu’ils essaient de faire parler d’eux : dans une autre vidéo, ils veulent nous faire croire qu’une autre fille (Alannah Monroe, qui a par ailleurs tourné pour Bang Bros) aurait perdu sa virginité le même jour que le tournage pour G D P… Bref, en résumé : à l’exception de quelques perles, ce site présente vraiment peu d’intérêt, les scènes sont soporifiques, les acteurs mauvais, la réalisation dégueulasse,etc. etc.

Laisser un commentaire