Loni Sanders, nature, pipe et tradition

Les artistes de la pipe, celles et ceux qui taillent dans le bois de nos corps ces chefs d’oeuvres pour bien nous fumer le crâne, ne sont pas si nombreux dans le porn. Combien de bj’s techniques sans regard, sans intensité, sans amour, où l’ennui se bat en duel avec la vulgarité de gorges profondes forcées ? Sans vouloir prêter au vintage des vertus qu’il n’aurait pas et avoir la nostalgie ma placée, force est de constater que la sublime Loni Sanders savait y faire quand il s’agissait de faire jaillir vers les cieux le fruit de notre plaisir.

peterfile007’s n’est pas ce qu’on appelle un 6gro des tubes, simple consommateur de porn qui a ses petites marottes : le handy (hand jobs) et se faire tripoter la prostate. Des choix simples et efficaces qui l’honorent ; le handsfree ayant le mérite de libérer les mains et de pouvoir tirer au calme sur un joint-amplificateur pendant que quelqu’un s’affaire lentement à définir la perfection du bout de sa langue.

C’est ainsi que nous trouvons dans sa petite collection de vidéos, “Loni Sanders BJ’s Triple Mix”, mini compilation de trois blowjobs par Loni Sanders sur la très belle teub de Gaspard de Justice John Holmes ou Mike Ranger. Dix minutes, trois propositions, comme une éloge de la lenteur ; du regard, des poils et de l’essorage de salade. C’est beau, c’est bon, on aimerait y être et prendre la place de John pour kiffer ces parenthèses orgasmiques où l’amour tend au réel, du moins prend son temps sans user de mille artifices fatiguants.

Avez-vous remarqué qu’une pipe au ralenti était bien plus efficace qu’un travail goulu et tonique où votre teub se trouve enrôlée de force dans une machine à laver ? C’est comme planter son chibros dans un Tenga, c’est pas en y allant comme une brute qu’on décollera plus vite. Prendre son temps, c’est sentir le plaisir monter, petit-à-petit, doucement, comme on gravit une montagne méticuleusement. Puis au bout du chemin lâcher prise, taper un base jump depuis le sommet comme Felix Baumgartner avec une porn stache, sans les mains, sans tricher, que de la pure, de la bonne et le regard de braise attendri de Loni Sanders.

3 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire