Le bilan 2012 : GrosMikko

Le taulier a ouvert les hostilités, j’ai l’honneur de boucler la boucle. Même si je fais un moins bon candidat à la biscotte que Jizzkov, je vais tâcher de clore cette année en en renversant le moins possible à côté. Morne en terme de porn, 2012 aura été l’année d’un engagement plus poussé en faveur du Tag en ce qui me concerne, au nom du fap, du LOL et de l’oisiveté. Journaliste, reporter et chroniqueur de godes en forme de poing, je développe mon arsenal avec en point d’orgue un passage par la case négociateur dans une sombre affaire de pornstar américaine dont on vous reparlera sûrement très bientôt. Une année finalement presque aussi remplie que le tableau de chasse de Pornkid.

Nous étions tous censés mourir en 2012, je dois avouer que j’attendais l’avènement du Quetzalcoatl et les vagues de lave en toute sérénité. Cette année avait pourtant bien commencé pour votre serviteur. Un CDI tout neuf et scandaleusement élevé, un appart de 120 m² en plein South Pigalle, une situation de célibataire géographique peu contraignante, à la fraîche, décontracté du bilbul. YOLO dit l’expression déjà désuète, et j’acceptais aisément l’état de fait tant cette vie de cocagne me satisfaisait.

Ma table de petit déj’ recyclée par Pierre Lapin

Aujourd’hui c’est le bilan, aucun des éléments précités n’est d’actualité mais OSEF (on validera ou non l’emploi de cet acronyme), je suis toujours àl, cultivant ma bolosserie comme d’autres se laissent pousser la porn stache. Je persévère dans la régression digitale, faisant fi d’instagram et autres applis douteuses ayant progressivement tué l’art du stalking. Je ne fréquente même plus les tubes, je suis revenu au téléchargement, pas souvent réglo, plutôt illégal, noyant ma bande-passante sous des torrents de liquides corporels de tout ordre. De ce flot incandescent, je n’ai malheureusement pas sauvé grand chose, si ce n’est de quoi approvisionner quelques bons et mauvais fappeurs pour l’année prochaine ainsi qu’une poignée de tags oubliés : #glasses, #gloryhole, #youssef 

Le Tag a accompagné ce retour aux sources séminales de la plus belle des manières. Il m’a permis de vivre de beaux moments souvent alcoolisés car le Tag Foncedé, c’est aussi ça mon Tag Parfait. J’en veux pour preuve cette bouteille de Jacko sifflée en despi avec Seth Gueko. Que dire de la fragrance force anis des propos bleutés de Sébastien Tellier ou de cette merveilleuse chenille sous acide ayant ébranlé les murs du Carmen un doux soir d’été ? Des éléments de plus à ajouter à ce summer of love 2K12 qui semble jouer les prolongations et qui m’aura remis sur les rails du bonheur.

Seth à la Maison (mais sans Happy dans le rôle de Happy)

Cette année était quand même vachement triple X pour moi. J’ai assisté à mes premiers tournages, connu mon premier psychodrame lié au porn (mon ex qui débarque en pleine séance de screenshots transatlantiques), je suis tombé amoureux d’une Parfaite, je me suis fait envoyer chier par John B. Root, j’ai regardé le tag #incest dans le fond des yeux. J’ai aussi posé à poil avec les copains, ça m’a rappelé mon Erasmus en Finlande, passion sauna, sauf qu’à l’époque je n’avais pas les yeux de Lula rivés sur mon triple décimètre. Une année pleine, en somme, même si je ne suis pas sûr de vouloir reprendre un peu de bûche.

Passion Screenshot

2012 a également été l’occasion de me rabibocher plus ou moins avec le porno français, par l’intermédiaire de deux de ses ambassadrices les plus remarquables, Jessie Volt et Liza Del Sierra – dont le taulier écorche systématiquement le nom mais je n’ose pas lui faire remarquer. Deux actrices disponibles et agréables faisant le pont entre la douce France et notre Eldorado californien et dont la reconnaissance par leurs pairs en dit long sur leur professionnalisme. Montebourg a raison de montebourger, la pornstar française s’exporte extrêmement bien. #Francophone, le tag qui monte, via nos cousines et nos binationales. Des petites photos de mon album perso, coupées au montage, pour vous, mes chéris(e)s.

Jessie Volt par ©Louis Canadas

Liza del Sierra par ©PB

Family Values Deux Mille Douze

Un paquet de projet en route avec une nouvelle Arlésienne : l’interview d’Annette Schwarz, ma préférée, mon petit coeur  disparue des radars, mais aussi des reportages, des articles de fond sur nos gloires d’antan, et en bon spéléologue des abysses du porn, je compte bien vous fournir du « no comment » par bourriches pleines. Fatigués par la dio-ra qui joue banane sur banane, on aimerait bien retourner Paname avec thelightcarrier, mon dark kho du Tag, en passant du son crado et satanique dans des caves suintantes de vice, avis aux amateurs, on va sortir les kalashs comme à Bergen, reste à prospecter dans les bars metal de la capitale, on aura besoin de votre soutien. J’espère que 2013 verra le Perfect Tag s’étoffer, car il n’y a pas de raison que le monde anglophone soit lésé. Porn Pride, World Wide.

J’ai quand même fini par le trouver mon tag Parfait

C’est l’heure de tirer le rideau sur cette année mouvementée. Mille baisers à vous toutes et à vous tous, merci d’être là et de me prouver chaque jour que le cul n’est pas vulgaire. Amour.

Let’s celebrate!

Avant de fermer la porte derrière moi, un dernier coup d’oeil complice au taulier qui hiberne au bureau en rêvant de tags bbw. Les Bahamas c’est pour bientôt.

2 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire