Le bilan 2012 : thelightcarrier

C’est la fin. 2012 agonise lentement sur un trottoir et déjà 2013 la piétine allègrement, pleine de promesses et de #bubblebutts effrontés. Mais elle est coriace 2012, son chargeur n’est pas tout à fait vide et il lui reste encore quelques bastos, un bilan à dresser, et pas le plus simple, celui d’une année dans le porn-jeu.

2012 devait marquer la fin de tout, elle marque surtout ma première véritable année passée sur le TAG et l’aventure fut douce, oh si douce. On ne se mentira pas, ma présence à la rédac du Tag est plus que faiblarde en cette fin d’année, mais ce n’est pas la motivation qui manque et 2013 devrait me permettre de trouver un petit rythme de croisière : au programme, plus de Gonewildeuses débusquées de l’autre côté de l’Atlantique et une rubrique littéraire redressant fièrement sa quine pour prouver que les hashtag #book et #reading sont plus d’actualité que jamais.

Alors quid de ces 365 derniers jours de FAP ? Si j’ai vu avec joie Pornkid poser ses valises sur les tubes amateurs où j’errais depuis des bails à la recherche du #homemade parfait, j’ai pour ma part emprunté le chemin inverse. J’ai suivi les réseaux sociaux qui m’ont pris par la main pour m’emmener vers le porn bling bling et ensoleillé des Amériques. Pas de X-art ni de Joymii pour moi, mais des heavy-weight rutilants : Dana DeArmond, Belladonna, Bobbi Starr, Kristina Rose, Alexis Texas et la fripouille Jessie Andrews, sans oublier la locale de l’étape, Liza Del Sierra, qui nous a rendu zinzins toute l’année avec son booty affolant et que j’ai eu le plaisir de rencontrer avec mon comparse GrosMikko… Qu’elles tournent ou réalisent, ces filles ont jalonné mon année de douceurs telles que Shut Up and Fuck, Fetish Fanatic ou autres Buttwoman VS Slutwoman. Un immense gâteau de performances recouvert d’une épaisse couche de #spit #facial et autres joyeusetés.

Je voudrais partir maintenant s’il vous plaît.

Mais très vite les limites du pro se sont faites sentir. Et autant vous dire que James Deen déguisé en Rabbin dans Nice Jewish Girls n’a pas arrangé les choses. J’avais envie d’autre chose que ce carnaval. J’ai donc refait mon baluchon et j’ai quitté L.A. Je suis reparti dans l’ombre, dans les venelles parfois mal famées de homemoviestube, écumant fantasti.cc et tubegalore à la recherche de la girl next door parfaite, pris dans l’avalanche de tagz passés au filtre de l’anti-professionnalisme : #latina #busty #facial #teen, la route est longue vers la perfection.

LOLWOMAN

Aux frontières du porn-game, j’ai aussi redécouvert le plaisir simple de la playmate, du bel érotisme dont le Tag se fait le fier porte-étendard. Des Parfaites aux Alt-Girls, des Gonewildeuses toujours plus belles à Arabella Drummond en passant par Rosie Jones, sans oublier l’omniprésente Kate Upton, 2012 m’en a fait voir de toutes les couleurs. Je me suis fait une petite niche douillette au coeur de Reddit, ma plate-forme, ma rampe de lancement vers les FAP stratosphériques. Aujourd’hui Gonewild fait figure d’incontournable et les subreddits parallèles dédiés pullulent : GoneWildCurvy pour les plus rondes ; GoneWildAudio pour ceux que la voix excite plus que tout ; LadyBonersGW, parce que les mecs aussi ont le droit de se foutre à poil, et plein d’autres. Certaines redditrices se lancent d’ailleurs dans l’aventure semi-pro avec leur propre page, leur système de monétisation via show privés, bref, vous connaissez la musique. Je pense notamment à la fluo Cherry Crush qui fait saliver pas mal de Tagos…

Musicalement aussi l’année a été chargée mais je ne vais pas t’accaparer d’avantage, tu peux toujours jeter un oeil au bilan des musiques du Malin sur foetusfoetus.

Bref, 2013, on t’attend de pied ferme, mes fappeurs et moi.

#YOLO

2 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire