Shot by Kern : Bulgarie

Jizzou – notre marin bulgare d’amour – nous a ramené un petit souvenir de son pays : un Shot by Kern avec sa soeur et ses cousines. Elles ont un groupe qui s’appelle le Vagina Crew, composé de G-7, G-Star et G-Vag (la rouquine incroyable, mais sensiblement cinglée). Je connais rien à son pays, mais je crois qu’on va aller y faire un tour pendant les vacances, les filles sont toutes incroyables, il fait beau et chaud, et on écoutera toute la journée Street Lady de Donald Byrd (message subliminal, si tu t’es reconnue, poke-moi). Le temps à Paris commence à nous rendre très agressifs, on a besoin de la douceur des boobs bulgares pour nous apaiser et revenir à la rentrée plus forts que jamais.

Merci Jizzou, merci Richard Kern, merci la Bulgarie : poignée de main virile à la vie.

3 commentaires Voir les commentaires

  • Chère Patrie,
    Tu es un Paradis terrestre,
    Ta beauté, ton charme,
    Ah, ils n’ont pas de fin !

  • C’est Maxime Barbier de Minutebuzz qui m’envoie ici. Et je constate qu’il y a beaucoup de branleurs ici et peu de faiseurs. Moi je me situe dans les seconds. Au revoir.

  • Oups, à la relecture de mon commentaire, je réaliser qu’il peut être mal interprété. Je n’ai rien contre les branleurs. Je voulais juste dire que le ton éditorial pratiqué ici prêtait à penser que les lecteurs étaient dans une démarche de consommation béate. Ce qui en soit n’est pas un mal, mais j’aime penser qu’en matière de sexe, que ce soit de l’érotica ou du porno, seul les faiseurs peuvent observer la distance requise pour ne pas tomber dans l’admiration groupie. Ce n’est pas le cas ici. Maintenant, je respecte. Il faut de tout pour faire un monde. J’ai suivi un lien posté par Maxime Barbier de Minutebuzz et j’ai pris 5 min de mon temps pour étayer mon propos. Bonne continuation.

    PS : j’aime bien aussi traiter les autres de pédophiles à mes heures perdues, seul mon cerveau schizophrène en sait la raison. Je suis Mixbeat aka Carl de Canada aka Carl Zéphyr, vous avez sûrement du me croiser dans des soirées où j’étais pas invité mais où je tapais des petits gâteaux apéro.

Laisser un commentaire