C’est mon histoire et c’est n’importe quoi

C’est un lecteur du magazine Elle – qui ne restera pas longtemps anonyme (c’est lui), qui nous a envoyé ce nouveau bijou de connerie. Après Top Santé et les délires sexologiques, continuons notre série sur les gens qui ne savent pas de quoi ils parlent. On connaît la réputation de la rubrique « C’est mon histoire » où un lecteur se confie à un/e journaliste qui retranscrit ensuite ses propos à la première personne. Libre à vous d’interpréter à qui appartient l’opinion exprimée et de juger si Claire existe ou pas.

Alors, allons-y, le scan est un peu ardu mais ça passe. Tu as surpris ton mec sur des sites pornos. Ok, c’était un accident, tu respectes sa vie privée, c’est très bien, je vais pas non plus te juger sur ta vision du couple, on est pas là pour ça. On retiendra juste que c’est la faute de Facebook et que t’as pas la 3G.

Et… vlan, bus dans la figure : je tombe sur la page d’accueil d’un site de vidéos pornographiques. […] Aïe, aïe, aïe, je vous épargne les détails… Je consulte l’historique de son navigateur, je découvre une vingtaine d’entrées de film X. L’horreur.


Alors, qu’a-t-on ici ? Diabolisation du porno : la masturbation c’est sale, la masturbation rend sourd, le porno c’est dégueulasse. Si on trouve le porno sale par principe, j’ai du mal à comprendre comment on pourrait trouver le concept de faire l’amour propre mais c’est un autre débat. Méconnaissance des pratiques : une vingtaine d’entrées, ça pourrait servir à une session masturbatoire en ce qui me concerne. Pour mieux comprendre un peu tout ça, on saute ses interrogations psychologiques, remarque qu’on ne connaît pas son âge, on arrive aux cinq ans de relation, aux trois de vie commune.

Je hausse les sourcils. On est en 2012, la pornographie, la masturbation choque encore des gens, les surprend ?

« On avait une sexualité normale, nous faisions l’amour avec une complicité conjugale. »

Je pète un câble : la masturbation est un sujet que vous n’avez jamais abordé ? Ça ne rentre pas dans la case « vie sexuelle conjugale » ? Votre complicité n’inclut pas les choses les plus intimes, ce qui vous fait jouir quand vous n’êtes pas ensemble ? Claire, ne m’en veux pas, il s’agit d’une réflexion sur le couple, pas d’un jugement sur ta personne.

Revenons-en aux interrogations psychologiques de notre témoin qui affiche encore d’incroyables préjugés rétrogrades. « Que se passait-il dans la tête de mon amoureux ? » Rien chérie, l’onanisme n’est pas une maladie. « Est-ce qu’il s’ennuyait au lit ? » Non, il a juste envie de jouir une nouvelle fois.  « Est-ce que j’étais trop sage, trop conventionnelle, trop bourgeoise ? » Pas mon problème, mais bon, si vous n’abordez jamais la question de ce que vous voulez et aimez… Peut-être que tu ronfles aussi. Next.

« J’aurais gueulé comme une furie s’il m’avait avoué un truc pareil. »

WOW WOW WOW. Se référer à tout ce qu’on a dit plus haut.

Ensuite, je pète un deuxième câble. Parce que Claire a choisi de ne rien dire parce que putain, son mec regarde des pornos, la honte, malaise total dis-donc. Soit. Mais non contente de mal vivre ça, elle commence à l’espionner, à checker son phonetel en loucedé, Elle cherche le parfum d’une autre femme sur ses fringues. ELLE CHERCHE LE PARFUM D’UNE AUTRE FEMME SUR SES FRINGUES !!!!

Ton mec se branle, t’es cocue. Youporn est apparu quand tu cherchais Youtube ? Demande le divorce.

Bon, ensuite Claire a maté les mêmes vidéos que son mec. On apprend que « certaines étaient franchement hard » (les autres lui ont-elles plu ?),  et qu’étant sensible, prévenant et drôle, Benji peut pas aimer voir une beurette se faire défoncer l’anus. Et en plus « y’en a des moches ». Okay…

Bon, la meilleure surprise se trouve maintenant. Je découvre l’article, et en fait, C’EST COMPLETEMENT DINGUE.

« Peut-être même se masturbait-il devant ces scènes… Mais qui était donc l’homme avec qui je vivais ? ».

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Maintenant, repensez à tous le reste : l’horreur du porno, les soupçons d’infidélité, les questions sur son couple et sa vie sexuelle, et imaginez vous qu’elle n’avait pas encore réalisé qu’il pouvait se branler. Oui, ça fait un choc.

Donc on en est là, de la connaissance de son corps, de sa sexualité, de son propre plaisir. La masturbation est une aberration, une tare et une maladie. Claire a peut-être cinquante balais, je sais pas, mais Carpe Diem et Connais-toi toi même sont pas des concepts nouveaux. On peut sans doute affirmer qu’effectivement Claire ne connaît pas l’homme avec qui elle vit. Je dois dire que ça me rend un peu triste, d’imaginer une vie sexuelle pareille, qu’on ait jamais essayé de se toucher, de se comprendre et de se découvrir. Ca pue la sexo, alors disons le autrement : jouissez, bordel.

On a je suppose un aperçu de l’importance des biais de la journaliste quand on en arrive au récit de l’événement qui déclenchera une résolution de l’histoire. On sent un mépris, un dégoût petit bourgeois quand on aborde cette soirée où un des amis du couple « disserte sur la DP ou l’éjac faciale ».

Donc Claire découvre que des gens qu’elle fréquente regardent du porn. Benjamin n’a pas choisi d’intervenir. Comme c’est étonnant, qu’il ne choisisse pas ce moment pour confesser un truc que sa meuf est censée ignorer parce qu’il doit bien se douter que ça ne lui plairait pas. Géniale la vie de couple et la complicité conjugale et la communication. Beau message Elle, bravo la presse féminine.

On lit « sale petit secret » parce qu’évidemment, tout ça c’est dégueulasse et on le cache : bah non cocotte, il le cache parce que tu as l’air bien mal à l’aise avec tout ça. Un magnifique raccourci nous emmène encore sur l’idée que sans penser à un bukkake, Monsieur ne peut pas honorer bobonne.

Heureusement, symbole du bon sens masculin, et puis parce que ça fait un mois que ceinture, Benjamin intervient. Gros déballage au petit-déj, et le bon sens masculin revient à la charge. Il éclate de rire, il lui dit qu’elle est bête, que ça n’a rien à voir avec elle ni avec son désir pour elle, que c’est de la libido et que parfois on veut se toucher, ouais.

Passons sur le parallèle bizarre utilisé pour lui expliquer un truc aussi simple qu’une éjaculation, relevons le petit taquet au « tout psy » fatigant. Son mec est bien, il se branle, il l’assume, c’est normal. Il propose même de lui expliquer en lui montrant pour pas qu’elle se sente exclue, joli moove bonhomme, et elle se sent idiote.

C’est Elle, c’est un conte de fée, ils baisent toute la matinée la lumière éteinte avec en fond un porno  de chez X-Art. Forcément, nulle part ailleurs on peut trouver des femmes sûres d’elles qui savent ce qu’elles veulent dans le porno…

La conclusion est bien niaiseuse comme on s’y attendait, on découvre que madame aussi fantasme. Dis-donc, peut-être que la semaine prochaine on apprendra l’existence du clitoris, ça ferait probablement pas de mal.

Oh, et puisqu’on peut taper du pied mais qu’on est aussi justes, cet article de Vice sur le porno vu par les femmes sera une lecture bien plus instructive.

6 commentaires Voir les commentaires

  • KIKOO je voulais juste dire merci.

  • LoL X-Art est vraiment considéré comme le point (soft) d’entrée dans le porn alors…

  • Ou X-Art c’est le mainstream. Le truc que personne n’aurait honte de dire à son entourage qu’on regarde ça :
    X-Art c’est joli et ça sent la rose.
    Après c’est certain qu’on ose plus dire qu’on mate du Kink.

  • « Mon mec se masturbe je fais quoi ? » est un beau marronnier de la presse féminine. Je te conseille les forums de Fémina et de Doctossimo si tu cherches d’autres verbatims, c’est toujours fabuleux.

    (Notons que l’on galèrera toujours plus pour trouver des témoignages « ma meuf se masturbe je fais quoi ? », cébo la théorie des genres)

  • Je me suis fait exactement la même réflexion quand je suis tombé sur l’article (ma belle mère achète les Elle et me les refile….).

    Dans notre couple, c’est moi qui en mate le plus…

    Imagine leur réaction là bas. « Oh mon dieu, une fille qui regarde du porno, mais elle a un gros souci !!! »

    Sérieusement, déjà que ce magasine est un tissu de conneries top niveau, mais alors là ils ont explosé leurs records.

    Comme dit leReilly : Fémina, c’est assez surréaliste aussi dans ce domaine…

Laisser un commentaire

Le Bon Fap