Public Sex, Private Lives : le doc

Quoi de plus simple que de réduire une actrice porno à sa supposée misère affective et sociale ? Assumer sa sexualité, ses fantasmes ou ses envies en public continue à intriguer ou choquer une partie de la société. Le documentaire Public Sex, Private Lives qui sort bientôt aux États-Unis (pas de date arrêtée pour le moment) tire le portrait face et hors caméra de trois performeuses BDSM : Princess Dona, Iris Love et Loreilei Lie. L’idée étant de sortir des stéréotypes distillés par les médias pour montrer l’autre facette du porno, celle qui rit, qui prend du plaisir, qui se dépasse et assume des choix de vie différents.

Donna et Tina, petits jeux entre amies

Princess Donna, de son vrai nom Donna Dolore est devenue la plus jeune réalisatrice du studio Kink, elle est derrière Public Disgrace, Wired Pussy, et Bound Gang Bangs. Isis Love, considérée comme une mentor pour les jeunes actrices, s’est sortie de la misère en bossant dans l’industrie du sexe : de stripteaseuse à actrice porno puis réalisatrice. Lorelei Lee, 300 films à son actif – dont une grande partie orientée bondage et fétichiste – arrive à faire cohabiter études de lettres et industrie du sexe.

Public Sex, Private Lives, ce sont trois filles, trois performeuses, trois amazones du porn, le tout filmé par Simone Jude. On espère que le documentaire arrivera jusqu’en Europe… Ça nous changera des publi-reportages de la TNT.

[vimeo]http://vimeo.com/36579068[/vimeo]

Pour en savoir plus, allez là.

4 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire