Un acteur nain star du porno dévoré par un blaireau : l’info insolite au rayon porno

Quand on est passé, il y a un an, d’un simple blog à un format plus proche du magazine en ligne, on a décidé de s’ouvrir aux brèves. Pas complètement à la news porno car vous vous en cognez comme de votre dernière branlette, mais plus à de la brève marrante, de qualité et on l’espère intéressante. Dans le flux continu des informations liées au porno, une question revient en permanence : quelle info traiter et comment la traiter sans tomber dans le racolage ?

L’info insolite, dans l’interzone de l’information

Depuis que la course à l’audience travaille le portefeuille des sites internet qui ont comme business model la publicité en ligne, une autre question se pose dans son traitement : quelle info va “buzzer”, laquelle va générer le plus de clics ? Un travail de fond satisfera le lectorat fidèle mais ne sera pas suffisante pour sortir des sphères classiques d’un site. Celle qui va réussir à se faufiler à travers les méandres des flux des réseaux sociaux et se retrouver dans le newsfeed des gens qu’on aimerait oublier de notre timeline facebook est l’info insolite.

Elle se situe dans l’interzone de l’information, pas suffisamment fake pour finir dans la presse reptilienne mais pas non plus assez sérieuse pour être traitée par les médias traditionnels de qualité. En provenance des médias locaux, elle alimente dans un premier temps les tabloïds anglais et belges avant d’être reprise sans vérification par les autres, au mieux des sites d’information généralistes, mais plus globalement ceux qui ne comptent que sur leur audience pour vivre, ces sites en “buzz” qui n’ont pas de vocation journalistique.

L’info insolite circule toujours par le bouche à oreille journalistique, de reprise en reprise. La nouvelle part souvent d’un journal local, repris par les médias de son pays, puis atterrit sur des sites attentifs à cette sous-actualité comme celui de la BBC ou du Daily Mail, avant d’irriguer la presse du monde entier dans une version altérée par les reprises et traductions successives.

Cette petite mécanique, expliquée par Vincent Glad dans un article sur Slate, englobe l’actu scientifique un peu “lol”, l’actu sexo bidon et ces autres “études à la con”. Mais quand elle atteint la sphère porno, elle atteint le point de non-retour journalistique.

Quand l’info insolite rencontre le porn, l’impact est si important que le besoin de vérification s’annihile automatiquement. Elle se pose là, comme du pain béni pour la presse qui n’a plus qu’à contempler les pouces qui tombent du ciel comme les grenouilles les soirs d’Apocalypse. Le porn a cette particularité d’intéresser tout le monde mais de rester cantonné dans sa niche d’audience classique. Classé par les tags #lol #trash et #insolite, il se situe dans la hiérarchie de l’information entre l’horoscope et le fait divers débile.

Un acteur nain star du porno dévoré par un blaireau

Un titre pareil est-il encore possible en 2012 ? Absolument, et vous avez déjà six mois de retard, mais au royaume de l’insolite, le old est roi. Cette fausse-info est sortie en septembre dernier par le tabloïd anglais spécialisé dans les histoires absurdes et bidonnées : le Sunday Sport.
L’acteur porno nain Percy Foster, sosie du chef star Gordon Ramsay, aurait été retrouvé mort dans un terrier de blaireau, le corps dévoré. La police ne sachant encore s’il s’agissait d’un suicide ou non…

Si ce fake a tourné pendant plusieurs jours mi-septembre, après avoir été démenti dans l’indifférence quelque temps plus tard, il est ressorti on ne sait pas trop comment la semaine dernière dans le Dailytelegraph, un tabloïd australien. Les Inrocks sont tombés dans le panneau avant de rapidement se raviser, on leur a emboîté le pas par facilité avant d’effacer honteusement notre tweet. Quand l’info se traite dans l’urgence, on se prend parfois les pieds dans le tapis.

Le problème de cette anecdote n’est pas qu’elle circule, les hoax sont légion sur internet, c’est qu’aucun journaliste ne soit allé vraiment vérifier l’info. Ce Percy Foster, présenté comme “porn star” du porno nain (cherchez la double erreur), n’a jamais existé, c’était une énième invention du Sunday Sport.

Qu’un nain soit une star du porno semble tout à fait logique pour la presse puisque le porno reste, malgré ses milliards, en marge du système. Notons également qu’un acteur porno devient obligatoirement une “porn star” à partir du moment où on ne sait rien de lui, plus c’est gros, plus ça passe. Le porno, c’est rigolo.

Autre exemple : cette femme qui tombe enceinte en regardant un porno 3D, absurdité totale qui fit la joie d’internet, ou cet homme prétendu mort après s’être masturbé 42 fois. Dans tous ces cas, les démentis ou la vérité passent totalement inaperçus, représentant à peine 5% des requêtes sur le sujet (d’après notre nez). Dans l’inconscient collectif, se masturber 42 fois devient donc possible et le porno 3D reste une invention farfelue.

DXK, beaucoup de bruit pour rien

DSK découvrant DXK

On a vous conté plusieurs fois l’affaire DXK, dont le montage financier nous semblait et nous semble toujours des plus obscurs. On ne reviendra pas là-dessus, malgré leurs dernières déclarations hallucinantes dans la presse spécialisée. Par contre il est intéressant de remarquer que la presse traditionnelle relaie cette info sans vérifier la moindre ligne, se contentant de reprendre un dossier de presse et de placer les bons mots-clés là où il faut : DSK, Porno, Parodie, Sexe.

Il semblerait qu’une grande partie des médias préfère traiter le porno par le lol que d’aller regarder ce qu’il s’y passe en dessous. L’important dans cette parodie est de faire de l’audience sur un sujet aussi “fédérateur” que l’affaire du Sofitel. Et ça marche, si Pascal Petiot, RP de My Porn Productions n’est pas expert-comptable, il a quand même un joli carnet d’adresses, et le résultat est impressionnant. Toute la presse a relayé l’information, faisant de DXK le film porno le plus médiatisé depuis des années. La qualité du film ? Son montage financier étrange ? Les gens derrière My Porn ? Ce n’est pas leur problème, de toute façon ils ne le verront jamais le film, et une très large majorité du public non plus. Parler de DSK suffit à générer du clic ; si on y joint le paramètre porno, c’est le déluge. De l’audience massive pour une daube, tournée à l’arrache dans un hôtel à Budapest, c’est ça la puissance de l’info insolite au rayon porno.

Le “old”, moteur de l’info

Au Tag, on remercie tous les jours internet d’exister et de pouvoir nous fournir matière à rigoler. Le porno au Japon est un puits sans fin d’anecdotes et de folie pour notre civilisation en mal de sensations fortes. Des japonaises qui lèchent des poignées de porte ? De l’or en moins de 1500 signes.

Cette pratique plus que marginale serait est apparue septembre 2010 sur un tumblr, puis a fait son petit bonhomme de chemin sur les routes de campagne d’internet. Depuis, l’info ressort tous les 3 mois avec plus ou moins de force, on vous en parlait en mars dernier (suite à un reblog sur Tumblr), Kotaku en septembre (article qui explique toute la genèse du projet), énorme bide chez 9gag en décembre, sûrement d’autres avant, mais c’est en janvier qu’elle a fait le tour de la planète, reprise par un gros site dont on n’arrive même plus à retrouver la trace, tellement elle s’est diluée sur des centaines de sites.

Quand le fantasme fétichiste d’un photographe fait le tour de la planète, on ne parle plus d’info insolite, mais tout bonnement de “mode sexuelle”, avec des articles commençant par “les Japonais”, car c’est bien connu, il est plus simple de désigner un peuple du doigt et que de le comprendre. Et pour les accros au SEO c’est du caviar, admirez cette superbe url pondue par 24heuresactu, un site d’actu classé (très) à droite : http://24heuresactu.com/2012/01/06/porno-japonais-suce-les-portes-leches-porte-poignees-portes-photo-katsumi-clara-morgan-clara-morgane-dita-von-teese-rihanna-clip-censure-lady-gaga-sex-lady-gaga-porno-star-trek-streaming-s/.

On parie que ce tumblr ressortira d’ici quelques mois, suivant ainsi la vie mouvementée d’un autre blog bien connu : black board in porn, qui au gré des vents s’éparpille dans nos timelines depuis des mois et des mois.

Détourner l’info insolite pour en faire sa propre pub

Le patron de Ryanair adore les annonces choc pour se faire de la pub à moindre frais. Son dernier coup d’éclat s’est produit en septembre avec l’annonce de la probable diffusion de porno dans les avions de sa compagnie sur les tablettes et les smartphones des voyageurs. Tout part du Sun (encore un tabloïd) et est repris par une grande partie de la presse en ligne. Un article d’à peine 800 signes avec la complicité de Michael O’Leary, patron de Ryannar. L’info se propage de façon virale, sans être vérifiée. Pourtant, qui dit porno, dit masturbation. Sortir son engin en public peut vous valoir 1 an de prison d’après l’article 222-32 du code pénal mais pas sûr que la loi française fasse un tel “buzz” ; c’est ce que nous rappelle GregoireFleurot dans cet autre article sur Slate :

Le filon est-il inépuisable pour Ryanair? N’y a-t-il pas un risque que plus personne ne prenne au sérieux les déclarations de O’Leary, et que les médias se lassent de les relayer? […]

Première observation : la dernière annonce écrase toutes les précédentes, ce qui n’est pas une surprise quand on connaît la part de l’Internet dédiée au porno, et l’intérêt que suscite l’évocation de ce mot.

Michael O’Leary se joue de la presse et se paye une pub gratuite avec la complicité du Sun. Qui faut-il blâmer ? Un patron malin ? L’internaute passif ou les organes de presse qui reprennent une info sans la vérifier ?

Comment se positionner quand le porno devient votre ligne éditoriale ?

On pourrait continuer à citer des exemples, l’info insolite aux couleurs porno est souvent bien plus marrante qu’une dépêche tamponnée par Xbiz. Mais comment la traiter ? Avec recul et humour pour le lulz ? Aller vérifier toutes les infos quitte à passer pour des rabat-joie ? Taper dans un punching ball à la rédac au lieu de vous botter le cul à chaque fois que vous nous refilez (gentiment, on vous aime quand même) une info qu’on a déjà traitée ?

C’est tout le problème de l’infotainment. L’entertainment peut-il tout se permettre ? A-t-il une éthique ? Et à l’heure où l’info insolite fait plus d’audience que la vraie information, quelle est la place du journalisme dans les médias de masse ? Est-il là pour informer, divertir ou créer de la culture ? Est-il compatible avec la logique financière des pures players ?

4 commentaires Voir les commentaires

  • Ça me rappel l’histoire d’un mec qui attendais les enfants a la sortie de l’école, tout les parents on trouvé sa bizarre, ils l’ont pris pour un pédophile la presse la qualifié de la même sorte.
    Apres que l’article soit paru, quelque jour plus tard il se fait prendre par la police exténué par sa course il meurt d’une crise cardiaque.
    L’homme n’avait aucun antécédent judiciaire, aucune preuve chez lui ou même un indice qui pouvais faire croire qu’il était pédophile.
    Il aimait juste regarder les enfant.

    Les médias relayent l’information, normal me diriez vous, sauf qu’un simple fait divers, une rumeur sa tue au sens propre comme ici et au sens figuré, ne plus distinguer le vrai du faux dans les information ne donne presque plus de crédibilité au journalisme.

    Je vois aujourd’hui la presse plus comme un magasine people qui raconte les dernières conneries de nos dirigeants (Morano, Guéant, pour ne citer que les plus gros …).
    Leurs articles suivent une tendance comme la mode, un fait divers d’un môme qui c’est fait arraché la gueule par un chien et c’est parti pour 1 mois de chien qui attaque la population, une fois c’était les môme laissé en plein été a une temperature de 40°C dans la voiture et retrouvé mort pendant que le père allait faire ces course… et pendant 1 mois on c’est tapé des enfant laissé dans la bagnole comme fait divers.

    Ensuite moi qui regarde les infos sur Yahoo, j’ai le click facile quand sa parle de cul avec des titres racoleurs du genre : comment re-dynamiser un couple, faire l’amour sa rend heureux…
    Bref l’information c’est comme un magasin, ta fait le tour, ta acheté (en l’occurrence « lu ») ce que tu voulais, tu oublie toute la pub qui ton mis ds le magasin avec leur promo a la con sur des article tout pourri et tu repart avec ce qui t’as plu.

  • Trop de fautes à la dernière phrase je m’en excuse.

  • Parfait, juste parfait.

Laisser un commentaire