Mo’ porn, mo’ problems

Le Bangladesh, démocratie parlementaire aux 158 millions d’habitants, coincé entre l’Inde et l’Inde est un pays musulman, donc pas vraiment porn-friendly (quoi que…).

Le gouvernement bengali vient d’approuver une loi contre la pornographie (qui sera débattue au parlement à la fin du mois) des plus sévères. Toute personne produisant, distribuant, tenant, vendant, montrant du matériel pornographique encourt jusqu’à 7 ans de prison et 2 440 $ d’amende (le PIB par habitant était de 637 $ en 2010). Et 5 ans pour un site web ou un service mobile. Bonne ambiance !

Ce n’est évidemment pas le premier pays à instaurer une telle loi, tous les pays musulmans interdisent la pornographie mais ce qui nous interesse ici sont les raisons pour lesquelles une loi aussi dure débarque en 2012. Citons ce gouvernement :

Une loi est absolument nécessaire pour éviter la décadence des valeurs morales et sociales dont la pornographie est à bien des égards responsable des troubles sociaux et des activités criminelles.

Rien que ça. Ça fout les jetons quand même.

Un cas extrème qui met en lumière une tendance actuelle au retour à la morale, substituant l’industrie du divertissement (l’entertainement) à l’éducation. Rappelez-vous Ségolène Royale qui disait en mai dernier, suite à un fait divers tout à fait scabreux, que la perte des repères des ados était imputable à la pornographie sur internet ? La pornographie, qui à notre connaissance, n’a jamais tué un spectateur (n’en déplaise à Christian Vanneste) et dont l’influence négative reste à prouver. Il existe bien plus d’études qui prouvent que son effet est nul, voire canalisateur dans les violences sexuelles, qu’amplificateur. Malheureusement on préférera toujours mettre en avant les délires infondées pour choquer les spectateurs-électeurs que de sortir de vrais chiffres, moins percurtants pour une politique devenue à son tour spectacle.

Des électeurs à un meeting politique

Un simple exemple. Saviez-vous que le nombre d’homicides a été divisé par deux de 1995 à 2010 et qu’il n’a jamais été aussi bas en France ? Cette donnée choc circule mal, l’idée que la société aille mieux est impensable pour un politique qui a besoin d’arguments pour perpétuellement se positionner en tant que sauveur et ainsi sortir son pays de la décadence ; quitte à en inventer les maux.

Après le cinéma violent dans les années 80-90, puis les jeux vidéos violents dans les années 90-00, c’est maintenant autour de la pornographie d’être le nouveau bouc émissaire de la société. Le divertissement, source de plaisir qui deviendrait alors source de violence ? S’il vous plait, à d’autres.

 

5 commentaires Voir les commentaires

  • T’inquiète, les jeux vidéos rendent toujours violent selon certains journalistes.

  • Peut-être pour comprendre l’origine de cette loi, et de cette volonté de marquer au fer rouge la « pornographie » (selon la définition, large, donnée par le Bangladesh) faudrait-il avant tout replacer ce pays selon sa culture et non sa religion… Le prisme, le filtre qui joue ici est à mon sens moins la culture musulmane que la culture indienne (le Bangladesh fait partie à tous points de vue, culturels, linguistiques, religieux aussi, du sous-continent indien et de l’aire d’influence indienne), Inde où je le rappelle le sextoy ou la pornographie sont absolument et résolument bannis des écrans et des livres (censure généralisée et encore très lourde quoi qu’on en dise) et absolument interdites dans les réseaux commerciaux officiels, je ne parle même pas des propos (le ministre des communications vient de demander aux responsables Inde de Google etc. de censure a priori tout contenu et commentaire litigieux ou pornographique avant leur mise en ligne…).
    Voir comment l’Inde agit à l’égard de la pornographie pourrait donner bien des clefs pour comprendre cet hallali sonné par le Bangladesh

  • Musulman je ne sais pas trop… Toute idéologie ultra religieuse en fait… À voir comment est vue la TV dans les communautés chrétiennes intégristes américaines, c’est vraiement la même ! Et on peut aussi évoquer certains coins en Israël…

    Là c’est à un niveau national, mais le principe est le même…

  • À ce sujet, billet intéressant d’Econoclaste : Le porno sur internet augmente-t-il le nombre de viols?
    http://econoclaste.org.free.fr/dotclear/index.php/?2011/05/08/1788-le-porno-sur-internet-augmente-t-il-le-nombre-de-viols

Laisser un commentaire