Un cadeau pour Belle Maman

Celui ou celle qui ne s’est jamais retrouvé à la fnac des Halles la veille de noël ne saisira peut-être pas l’utilité vitale de cette brève. Urgence, désespoir et auto-flagellation, les maîtres-mots de l’intrépide kamikaze qui, dans un dernier élan, vient faire amende honorable de longues semaines de glande où il avait tout loisir de chercher et trouver le cadeau parfait pour Belle Maman.

Nous n’allons pas vous fournir un kit de survie à la lutte acharnée pour atteindre le chef de rayon bigleux qui ne vous sera au final d’aucun secours, non, on va juste vous souffler quelques idées, et si vous n’avez pas d’oursin dans les poches, il y aura peut-être même moyen que les cadeaux arrivent dans votre boîte aux lettres (moyennant les options d’envoi sous 24h).

Opus Pistorum

« Tu es ma petite Marylin, moi je suis ton Miller. Hein, non pas Arthur, plutôt Henry spécialiste de hardcore » (Serge Gainsbourg)

« Opus Pistorum ». Entre un viol collectif de l’horripilante Mme Cavendish et une scène eFuktienne mettant en scène une naine et un berger allemand, Riton-la-Bohème se promène dans le Paris des années 30’s aka Vice City. Ca suinte, ça cogne, dans la tradition de ce grand inspirateur de la Beat Generation. Un must-read qui sent la semence et la crasse, pour mieux se vautrer dans la fange, la quine en l’air et le smile aux lèvres.

 

Water Music

« Water Music ». 720 pages, ça peut paraître long et fastidieux mais T.C. Boyle est un génie méconnu et fait de ce voyage au bout de l’Enfer entre le Nigéria et le Londres décrépi de la fin du 18ème siècle, un récit tragicomique passionnant. Un vrai bouquet de tags littéraires, on a le droit à une séance de  bukkake chez les Maures, à un proto-porn interracial dans un bordel des bords de la Tamise et d’autres joyeusetés fort grivoises qui font de ce pavé poisseux, un merveilleux présent sous le sapin.

Histoire de l’Oeil

« Histoire de l’Œil ». Bataille m’est toujours apparu comme une synthèse improbable entre Nietzsche et Sade, entre les considérations inactuelles de Friedrich et les récits  flamboyants et iconoclastes du Marquis enchristé, bien qu’étouffe-chrétien à la longue. Ecrit sous pseudo, cet ouvrage maudit n’est que transgression. Une avalanche de tags interdits pour les plus naughty d’entre nous. Je recommande par la même occasion le très halluciné « L’anus solaire », écrit au même moment que cette « Histoire de l’œil », dans un registre radicalement différent, quasi-mystique. Un délire porno-philosophique des plus évocateur. Ainsi parlait Bataille, prophète du tag #anal.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne lecture et un joyeux noël.

 

5 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire