James Deen, et l’Âge des Hommes s’effondrera

On y est. Le dernier combat. Celui des garçons sensibles, face aux hordes barbares des routiers stéroïdés. Préparez vous, mes frères ! il est temps d’en finir avec les douchebags dans le porno.

Lectrices, vous êtes aussi concernées… mais sur ce coup là, on doit assumer nos responsabilités, et plaider coupable pour des décennies de porno stéréotypé par nos pères. Ce sera donc à nous de nous retrousser le manche, pour en finir définitivement avec ce triste dogme de la virilité qu’on nous sert à toutes les sauces. Lecteur, sors le tag #nohomo si tu en as besoin pour être à l’aise, mais tout devrait bien se passer. Parce qu’on est ici entre adultes consentants. Et surtout parce qu’avec nous, James Deen. Notre modèle à nous : porte-drapeau des garçons sensibles qui s’assument, porte-parole d’une baise vénère mais dont les yeux disent tendresse.

Ce n’est pas moi qui le dis, mais J. Bryan Lowder, journaliste à Slate.com spécialisé dans les questions féminines. “Porn That Women Like: Why Does It Make Men So Uncomfortable?”, s’interroge le garçon en conviant James dans sa démonstration, à partir d’un superbe (et long) portrait dressé par Amanda Hess et intelligemment titré : “What Women Want: Porn and the Frontier of Female Sexuality”. Deux articles qui témoignent du rôle que joue (sans le savoir ?) James dans la démocratisation du porno sale chez les femmes, malgré ce que les magazines spécialisés veulent nous faire croire. Plus subtil, c’est plus généralement la fin d’une certaine hétéronormativité qui est décrite dans ces lignes, et de facto dans le sexe éructant de James. Que retenir ? Beaucoup de choses, que l’on résumera à ces deux citations – parce qu’on n’est pas chien mais qu’on aimerait quand même que vous alliez les lire vous-mêmes. Sur la misère actuelle de la normativité dans le porno mainstream :

“A man simply cannot be the focus of a porn flick (in the film itself or even on the video cover) because consumers will be spooked. The sad thing here is that in this arrangement, everyone loses: women can’t get the kind of porn they want from the mainstream (…), an insidious kind of abstract homophobia is reinforced and, perhaps worst of all, many straight male viewers suffer unnecessary emotional and sexual stunting.”

C’est là que le bât blesse. Si tu aimes la justice, la tendresse et la joie, alors rejoins nos rangs qu’on en finisse. Mes frères ! Je lis dans vos yeux la même peur qui pourrait saisir mon coeur ! Mais n’ayez crainte : James est là, avec nous – peut-être malgré lui, mais toujours prêt à nous soutenir :

“But now that Deen’s “skinny, Jewish ass” has proven its worth, perhaps other producers, female and male alike, will be willing to challenge and entice their viewers with a more diverse casting couch as well.”

Il nous prendra par la main pour franchir la dernière porte. Nous racontera une blague juive en nous montrant ses vieux tee-shirts, avant de nous emmener manger des burritos. Qui auront peut-être la même forme que sa bite… et même qu’on trouvera ça sympa. Alors, l’Âge des Hommes s’effondrera. Et le monde en branle ne s’en portera que mieux.

2 commentaires Voir les commentaires

  • Je dis oui ! Je dis bravo ! Je dis l’amour !

  • Bravo, je désespérais trouver de la perversité intelligente et totalement assumée. Le site est parfait, c’est quelque chose que je n’espérais plus trouver. Et bon article évidemment! James Deen a l’air vraiment intéressant, et son blog est juste fabuleux, avec tous ces « Today I banged… ».

    Merci!

Laisser un commentaire