The Burger Girl – Slut Machine

La rédac’ du Tag est une grande famille. Alors quand l’une de nos collègues apparaît mi-nue dans un clip intitulé “Slut Machine”, aux côtés de pleins de beaux garçons et de belles filles tout autant mi-nu(e)s, forcément : on en parle.

Enfin, on en parle uniquement si c’est bon. Et ça tombe bien, c’est très bon. Mais genre, vraiment. Pas “très bon” comme une tarte au citron, non, au-delà, “très bon” comme dans : protège tes seufs parce que tu vas tomber sur le cul de bonheur. Les yeux piquent de joie, les oreilles sifflent de plaisir, le coeur éructe de boum-boum. Et même la tête opine du chef, puisque le clip fera office de page culture auprès des petits cousins que vous croiserez à table le 15 août. Les plus cultivé(e)s d’entre vous auront en effet remarqué que le clip s’inspire directement de “La Mort de Sardanapale” qui est, je parle sous contrôle d’expert, un grand tableau d’Eugène Delacroix (la preuve). Et aussi d’un portrait à la cool des Romanov en famille, mais là c’est plus subtil.

[vimeo]http://vimeo.com/26668881[/vimeo]

Enfin, vous avez le droit de pas être d’accord, évidemment. Mais vous me feriez beaucoup de peine et, franchement, qui voudrait faire de la peine à un aussi gentil garçon ? Et par voie de fait, à ma collègue mi-nue dont je ne vous révélerai pas le pseudonyme, petits coquins. Mais sachez qu’elle est belle et douée. Comme la rédac’ du Tag, en fait. Bonnes vacances !

6 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire