Quartier Latin, Bac L option Porno

Le porno a le vent en poupe cette année, plusieurs couvs des Inrocks, le #72 de Chronic’art, le #42 de Clark Magazine, la série Xanadu d’Arte, la saison 2 de Hard sur Canal +… Que se passe-t-il ? Le porno deviendrait-il cool ? Pas trop quand même, on va écrire sur quoi après ? Smiley Cri de Munch.

Cette fois-ci c’est Orange Cinéma Séries qui s’y colle avec la série Quartier Latin produite par Sebastien Labadie et qui devrait sortir à la fin de l’année. Le pitch : Candice (star montante du porn game) commence en cachette des études de philo à la Sorbonne. Pas sûr qu’on s’accroche au lustre en lisant ça, car mettre en parallèle la philosophie et le porno sonne un peu comme la version hard de la Philo selon Philippe. Trollface.

Et si c’est un moyen de crédibiliser le porno, j’ai bien peur que certaines notions d’entertainement se soient faites la malle dans les couloirs de la prod. Je suis méchant ? Non je suis ronchon, parce qu’on ne verra pas Alysson Paradis (la soeur de l’autre) dans des scènes hard, elle aurait dit quelque chose dans ce genre là “faut pas déconner, je vais pas payer ma schneck non plus”. Smiley renfrogné.

Alysson Paradis © Antoine Vincens de Tapol / Moneypenny Productions

Si Xanadu s’inspirait largement – tout en le niant – de la maison Dorcel. Quartier Latin met en avant – sans se cacher – le distributeur Colmax, à qui on doit quand même sur notre sol les catalogues de Vivid et de Wicked. Ils ont donc tourné dans leurs locaux, leur boss envoie la réplique et le scénar colle pas mal à leur réalité : la difficulté de sortir un vrai film dans une industrie en mauvaise passe et l’arrivée d’une future égérie répondant au standard de la girl next door. On pense évidemment à Tiffany Doll, toujours en stand-by chez eux. Petit coup de pub au passage pour la boite, qui tente de se refaire une santé dans un marché en crise. Ça sera toujours plus classe qu’un publi-reportage. Smiley chapeau pointu.

Respect / Clash

3 commentaires Voir les commentaires

  • « (…) le scénar colle pas mal à leur réalité : la difficulté de sortir un vrai film dans une industrie en mauvaise passe et l’arrivée d’une future égérie répondant au standard de la girl next door. On pense évidemment à Tiffany Doll, toujours en stand-by chez eux. »

    Ah la fameuse recherche nationale de la nouvelle égérie Colmax… Mémorable…

  • Moi qui commence des études de philo à la sorbonne l’année prochaine… J’aurais au moins une partie du scénar à valider :p

  • Et moi qui suis en philo à la Sorbonne, je peux quasiment assurer que les filles sont ni aussi bien fichues, ni aussi libres que dans un potentiel porno sorbonnard.

Laisser un commentaire