I can Haze Flesh Lightning

La différence entre le taulier de ce site dépravé qu’est Le Tag Parfait et un ingénu pudique comme moi, c’est sans doute la connaissance du terme «fleshlight», accessoire coquin dont j’avais eu vent de l’existence mais pas du blase (je nommais jusqu’à présent la chose par l’élégante expression «fausse chatte en plastoc’ pour routier»).

Un fleshlight, donc, est un «insert à la texture délicate conçu pour reproduire de manière fidèle le vagin d’une jeune femme», peut-on lire sur une plateforme de e-commerce olé olé partenaire du site Flesh Lighting. Car ouais, venons-en au fait : ce qui nous intéresse ici, c’est un jouissif trailer bidon (Flesh Lighting, donc) signé Brandon Mermer qui propulse la mimi Jenna Haze dans une parodie cochonne, à mi chemin entre les frères Farrely et John B. Root :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=qTQagbeCAxs[/youtube]

Mignon, hein ? Et puis pour les cinéphiles, quelle joie de revoir cette bonne vieille tronche bridée de James Hong (Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du mandarin, Tango & Cash et un paquet de série Z kung-fuïsantes) qui s’amuse à parodier le rôle du grand-père dans Gremlins, sauf qu’en lieu et pièce d’un mogwaï, c’est un fleshlight qui fout la merde dans la vie de notre héros puceau. Le morceau très cool, ambiance hard rock 80’s, qui conclut la fausse bande annonce est interprété par un certain Thomas Schleiter, et la chose a même eu droit à un court clip que voici :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=GfVf4hH-ULs[/youtube]

Maintenant, on croise nos membres pour que le trailer connaisse un destin à la Machete et qu’un producteur à grosses cojones (ou inconscience) mette des thunes dans une version long métrage de Flesh Lighting. Dans tous les cas, ça pourra pas être pire qu’un douzième American Pie direct-to-video.

5 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire