Kink : Du hard, du vrai

Cet été je suis allée à San Francisco, en Californie, et je suis tombée en arrêt devant une sorte de château-fort, installé en plein cœur du district de Mission. Je me suis approchée pour lire la plaque qui indiquait : Kink.com.

Bon sang ! C’était là qu’on tournait mes vidéos de cul préférées. Cet ancien arsenal, The Armory, employé pour des tournages de films comme Star Wars en 1977, est le fief des studios porno de Kink.com, depuis son rachat en 2007 pour 14,5 millions de dollars.

Après avoir subi les foudres de quelques associations de mères de famille, qui s’opposaient à l’installation d’un studio de production de films pour adultes, Kink.com su trouver sa place et redonner vie à ce district au croisement des quartiers de Folsom et Castro, déjà historiquement marqués par la présence de minorités sexuelles.

Fondé en 1997 par le jeune étudiant en finance Peter Acworth, le site internet Kink.com s’oriente dès le départ vers la pornographie B/D/S/M, comprenez : Bondage and Discipline, Domination and Submission, SadoMasochism. A en croire le site web, le porno chez Kink.com viserait à démystifier et célébrer une certaine forme de sexualité alternative – ce qui se traduit en fait par des vidéos de sexe en public, de jeux de lutte, de scènes d’uro, de maîtres et de soumis, de dominatrices tatouées, de pratiques S/M et fétichistes etc. En voyant la variété des décors et le nombre de costumes on comprend pourquoi le patron de Kink.com avait besoin des 200 000 mètres carrés de The Armory. L’originalité des décors et la qualité des images sont une des choses que je trouve vraiment excitantes chez Kink; ça change des gros plans de bites et de chattes sur fond de mobilier Ikéa.

Cecilia Vega fait ses exercices © Kink.com

En plus d’afficher des stars du porno Kink crée le buzz le 15 janvier dernier en mettant en ligne le dépucelage, en direct, de l’une de ses actrices, la jolie Nicki Blue. Il faut préciser que la blonde n’en n’était pas à son premier tournage X, puisqu’elle s’était déjà montrée dans des vidéos de masturbation et de S/M, mais elle avait déclaré ne pas vouloir précipiter les choses et expérimenter le cul progressivement. J’ai du mal à voir la valeur de la virginité quand on a déjà fait du cul dans tous les sens, mais manifestement ça n’a pas gêné James Deen, Mark davis, Jack Hammer et quelques filles qui se sont partagé sa chatte en live.

Nickie Blue, Bisous. © Kink.com

Grâce à tout ce matériel, le site s’est spécialisé dans les vidéos de sexe hard. Regroupés thématiquement, les films montrent des scènes de bondage, d’humiliations publiques, de filles et de garçons qui se font baiser par des machines aux va-et-vient plus rapides que ceux du meilleur des hardeur, en passant par les lavements anaux, les tortures médiévales et les infirmières sadiques. Malgré son caractère ultra spécialisé Kink a la cote chez certaines stars du porno mainstream et chez les amateurs de porno lassés par le conformisme de la majorité des films disponibles sur le net. C’est comme ça qu’on retrouve Sasha Grey dans 17 vidéos, Madison Young dans près d’une cinquantaine de films, et, plus récemment, James Deen dans 48 films. Même si pour certains le passage par Kink semble plus être un défi qu’un réel intérêt pour le S/M, il n’en reste pas moins que le site ne cesse d’augmenter sa fréquentation quotidienne comme le raconte dans son blog l’actrice française Cecilia Vega qui tourne chez Kink depuis trois ans. Le site est d’ailleurs récompensé aux AVN Award en 2009 dans la catégorie « meilleur site internet pour adultes ».

D’accord on le fait, mais tu me tiens la main © Kink.com

Si comme moi vous en avez ras le bol qu’on vous promette des vidéos dites hardcore dans lesquelles il y a trois fessées et un gang bang, si les vidéos S/M et fétichistes floues et irregardables vous désespèrent et que vous en avez assez qu’on prenne les amateurs de porno pour des cons, allez faire un tour sur Kink.com, ça devrait vous rafraîchir les idées. J’avoue avoir un faible pour Everything Butt, la catégorie consacrée au sexe anal où on trouve plein de vidéos de lavements, de jolis culs qui se font bourrer par un tas d’autres choses que des bites, et puis Water bondage qui me fascine par sa créativité en terme de sadisme. Et puis je dois confesser que ça me rappelle des souvenirs d’enfance, quand je me faisais jouir sur les jets d’eau dans les piscines publiques !

En outre, soucieux de vous éviter tout questionnement moral et de vous laisser mater leurs porno l’esprit tranquille et la main dans le slip, les réalisateurs de Kink.com incluent toujours dans leurs films une courte séquence backstage montrant les acteurs en peignoir, après le tournage, qui vous racontent, sourire jusqu’aux oreilles, à quel point c’était « fun » d’être attaché à ce pilori en métal et « excitant » de recevoir ce lavement, ligotée à une table gynécologique. Et c’est vrai que c’est rassurant de savoir que les acteurs ont apprécié tourner des scènes qui peuvent parfois être d’une grande violence.

Non contents d’offrir des conditions de travail exemplaires, Kink met à disposition des internautes des films X de qualité, originaux et à des prix abordables. Malheureusement toutes les maisons de production sont loin de ressembler à cet ovni du genre.

5 commentaires Voir les commentaires

  • NICE !
    SEX !
    Youpi.

  • Tiens, K!nk, jmen suis fait pas mal ces derniers temps (Aurora Snow, Violet Monroe, Dana DeArmond, Nickie Blue, Haley Cummings, Rita « My Queen » Faltoyano, …).

    A chaque fois j’envie ce bon James Deen qui n’y va pas avec le dos de la cuiller. La plupart du temps c’est tournée en public avec ça. San Francisco, la ville du rêve. Franchement on fait comment ? On s’inscrit « Oui j’aimerais regarder Aurora Snow se faire défoncer et la doigter un peu (ou lui cracher à la gueule) pendant que je sirote mon verre. » o_O

    Bref, un bon studio de prod ouais, reconnaissable entre mille. Malgré tout ça manque p-e parfois de plans plus traditionnels. De toutes façons le porno c’est toujours comme ça, pas de mélange des genres, tout l’un ou tous l’autre… quel dommage!

  • Si je peux me permettre une « légère » précision. Cécilia a tourné pour Kink « il y a 3 ans ». Ayant arrêté sa carrière il y a pas loin d’un an, elle ne tourne plus pour eux :) #minutechieur

  • Jorge oui c’est à peu près comme ça que ça se passe on s’inscrit pour être dans le public

    Jorge grave c’est un problème le niche-marketing, pas de mélange…
    tu peux trouver des trucs un peu plus oufs et diversifiés dans deux genres:
    1- les stag films, porno vintage d’il y a très longtemps, complètement ouf, on y trouve de tout – uro, bi, gay, sm, zoophilie… tout mélangé, sans aucune considération pour les tags.
    2- le porno queer, NoFauxxx, QueerPornTV, CrashPadSeries, GoodDykePorn, HeavenlySpire etc

  • x: Ouais j’allais le dire, si je veux de la diversité je me fait des Color Climax mais là on a parfois des surprises… hum. Enfin, il y a toujours moyen de se débrouiller mais disonsque j’aimerais bien voir certaines prods récentes et « mainstream » avec quelques mélanges. Inversement un peu plus de pénétrations et d’actions classiques dans un film SM. M’enfin…. Le seul moyen serait que je passe à la réalisation hahaha.

Laisser un commentaire