La femme est un homme comme les autres

Les filles et le porn, c’est un vaste débat, hein Christi – garde encore un peu ta culotte.
Certaines se la jouent détendues pour se faire bien voir par leurs potes, et tournent de l’œil devant une creampie sur écran plat. T’as aussi des minettes qui poussent des cris d’orfraies à la prononciation du mot porno « quoinonménondégueu», et en fait t’inquiète, ça veut rien dire.

What a girl want

What a girl need

Coquinettes.

Ou bien on a les femmes libérées, en 2011 l’ère des sextos est derrière nous et la femme est un homme comme les autres, qui consomme du porn, n’a pas à se justifier et ne voit pas où est le problème. Moi, je le vois le problème. Je me demande combien d’entre nous trouvent facilement le matos, combien en sont satisfaites, sincèrement ?

Quand une fille se retrouve dans la jungle des internets, elle sait que pour se repérer il faut taper un tag, très bien d’accord trouvons un tag, un mot, LE mot, mais quoi ?
On comprend rien, tout est à base de hot sexxx hardcore, jusque-là j’entends bien le propos même si j’adhère pas ; on scrolle un peu et c’est pire, fluffy teen barely legal foot-job anal… D’ACCORD, révisons un peu notre Tag parfait pour éviter les spécimens peroxydées aux prothèses hypertrophiées expliquant certainement leurs grimaces exagérées et autres hurlements.

Malgré tous nos efforts, on ne trouve pas un seul mec baisable. Certes il y a le petit protégé du rédac chef : James Deen, qui est complètement à mon goût, MAIS C’EST QUOI CETTE MANIE de prendre toute surface dépassant de la demoiselle pour de la pâte à pizza ? Tu crois qu’on est là pour se faire gifler les nibards Jimmy ? T’as pris mon clito pour un Bontempi ?

BON, TANT PIS.

J’ai envie de fourrer le nez des producteurs de porn dans le clip WTF des NERD, qu’ils comprennent ce que doit nous dire un porn : « hypnotize U », ça doit être ça son but pour nous choper par le fond du boxer en dentelle de Calais.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=YM-41D89rdc[/youtube]

Tu vois Pharell a tout compris, il regarde longuement une fille allongée en débardeur sur le tapis du salon dans la lumière froide d’un matin d’été quand la fenêtre donne à l’est, et hop, en jouant à cacher les rayons de l’astre de sa main, il hypnotise la poitrine de la fille qui se soulève synchro avec ses futurs coups de rein, mais mollo hein, avant il lui susurre « If im not beside you… im behind you » dans le creux du cou. Après ça, il peut lui faire exactement ce qu’il veut, plus rien ne sera sale, même jouer au croquet en talons de 12 ou monter à 25 dans un jet prévu pour 15 en priant Bouddha.

On a bien notre Manuel Ferrara national, mais le problème c’est que bizarrement, les femmes à l’instar des hommes ont toutes des goûts différents, je sais c’est très étonnant parce qu’il existe les tags brunette blondie roxxie skinny curvy busty tiny boobs tatooed pierced, mais pour définir ces messieurs, on a rien de plus mouillant que black-cock ou bodybuilder.

Le vrai problème est là : dans ce milieu à cible prétendument masculine, il y a quelques productions pensées pour des femmes par des femmes, mais autant dire qu’avec, on fait monter la pression à la RTL9, tout est à base de satin et de fourrure et de bougies THATS NOT THE POINT. Gonzo l’a bien remarqué en écoutant les doléances de la discrète (hum) audience féminine : les filles, pour l’instant, veulent de l’amat.

NON PAS qu’on s’évanouisse d’extase à la vue de dessus de lit ou le côté pauvre fille bernée par une webcam dissimulée, mais parce que le plus souvent, il n’y a que dans l’amat qu’on évite le stéréotype de douchebag huilé avec monstroplante en guise de verge. (et la maison des schtroumfs pour gland)

Tu sais ce qu’on veut retrouver ? On cherche ce moment où quelqu’un nous a mise à l’envers avant même de nous avoir touchée.

Le pâmoison de la première fois avec un mec, n’importe lequel, le troisième ou le 28 ème, celui qu’on avait mis du temps à ferrer ou celui qui nous a eue au premier haussement de sourcil, OSEF, on veut que ce petit délire du moment juste avant de se débarrasser sauvagement, doucement, maladroitement peu importe, de notre culotte, ressorte de ce putain de tag qui va finir par me foutre le seum si on s’en sort pas nom de Dieu.

Alors bon, je choisis quoi comme tag hein, on n’est pas bien avancé là ?

Retournons vers Pharell.

Qu’est-ce qui me donne envie, chez ce petit mec, de m’enrouler comme un boa cumshot-stor autour d’une barre de pole-dance ou de sa poutre dès qu’il balance son flow ? JE SAIS PAS JE SAIS PAS il est même pas spécialement à mon goût, je sais même plus si j’ai des goûts spécifiques, mais il me fait envie parce qu’il me regarde comme ça de loin, il prend son temps, il est pas non plus indifférent il a l’air d’avoir envie, il, il, IL A L’AIR GENTIL QUOI.
Je vais me ridiculiser pour des siècles et des siècles de porn à venir, et des générations de gamètes étalées sur vos trackpad vont se gausser, mais j’entre dans la matrice pour y inscrire #gentle.

Ouais.

#gentle.

On obtient alors une tripotée de lesbiennes toutes plus mignonnes les unes que les autres, je leur fais coucou c’est mes copines, je vous expliquerai pourquoi une autre fois, et puis on a des suck cock gentle, des tas de filles SYMPAS qui sucent délicatement de gros membres, passons, et enfin, je tombe sur ça : LE mec gentil.

Bon d’accord, il est un rien trop musclé, mais il n’est ni huilé ni dégueu comme un quinqua amat suisse-allemand.

La fille est toute jolie, avec une poitrine si menue qu’on pourra pas soupçonner le Dr Beverly Hills d’être intervenu. Par ailleurs, immense surprise, ELLE NE FEINT PAS elle ne simule pas, tout au plus elle encourage, mais voilà elle a le vrai regard de la fille qui baise un mec dont elle a vraiment envie ; le regard vague, perdu, flottant, en elle et à ce qui s’y passe, elle s’observe pas jouer et ne fait pas des mines avec la caméra, elle est pile dedans.

Il faut dire que monsieur sait s’y prendre, il s’active, il ralentit un peu pour la voir apprécier, s’arrête pour lui faire UN BISOU et reprend de plus belle.

Si tu cliques ici, tu auras accès à un porn de qualité

Quand on regarde l’extrait précédent, on entend les commentaires du mec qui filme et on comprend bien qu’il s’agit d’un vrai couple, peut-être  là pour être casté ;  on est peut-être dans le pro-am, mais faux acteurs ou vrais amants je veux pas savoir, ils sont beaux et ça fonctionne pour moi parce qu’ils ont envie, et c’est bien le principal.

Pour ton info


23 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire