Prenez, et mangez-en toutes

Serre le poing, camarade. Serre-le fort autour de ta bite, et retiens ton jus quelques minutes encore. Je sais, je sais : cette saynète en POV te fait monter la sauce à la tête, mais retiens-toi, et fais-nous confiance sur ce coup-là : le tag parfait se bat pour l’avenir de ta branlette.

Te souviens-tu de ton premier #cum swapping ? Je parierais que non : noyé dans les limbes de ta jizz-box, tu l’auras sûrement oublié pour un autre tag, plus sémillant, et surtout plus avouable en société. Car elle n’aime pas qu’on joue avec la nourriture, la société. Elle trouve ça dégoûtant, dégradant, et te le fais bien savoir en te pointant du doigt. Ses yeux disent “pervers” et les tiens ne peuvent répondre que “pardon” ; alors tu te réfugies dans du gonzo de bas étage, reniant tes désirs spermophiles, ces songes éveillés dans lesquels ton lait coulait à flots entre les bouches pixellisées de tes amantes d’un soir. Mais ne désespère pas : tu es arrivé jusqu’ici, on est entre gens à la bien, on ne te jugera pas. Et mieux que ça : on va même te donner de quoi être fier de tes vices malicieux. Laisse-moi donc te conter l’autre histoire du #cum swap, celle qui te fera briller en soirée, celle grâce à laquelle tu pourras enfin choper sur Twitter, celle que même ta mère kiffera t’entendre déclamer autour d’un gigot.

“Et d’un geste d’un seul
Être une bande, mais plus seul
Face aux regards qui t’en veulent”

C’était sûrement un soir d’hiver comme celui-ci, mouchoirs à portée de mimines, dîner aux chandelles avec ta jizz-box. Un #threesome MFF, me souffle-t-on à l’oreillette. Dans tes yeux pleins d’innocence, le monde de la branlette s’arrêtait au #cumshot buccal avec option #swallow et jantes alu, aussi conventionnel qu’omniprésent dans tes humbles .avi. Tu ne connaissais que ça pour te finir, ad libitum. Et puis un jour, tout a basculé. Tu t’es laissé distraire par un coup de fil, un wizz ou je ne sais quoi, jeune fripon digital natif que tu es, et la vidéo a poursuivi quelques minutes son petit bonhomme de chemin sans que tu ne t’en préoccupes.

Heureuse coïncidence, car du coin de l’œil tu l’as entr’aperçue : cette brunette se lever, lentement, les joues gonflées par le liquide chaud qu’elle venait de recevoir. Magie du transfert gonzologique, c’était le tien qui clapotait entre ses lèvres, et c’était toujours le tien quand elle l’a laissé couler dans la bouche de sa copine, agenouillée pour l’occasion. Brix were shat : ta vie venait de changer. C’était ton premier #cum swap, et t’avais kiffé ça en voyeur. Clique sur pause, reviens quelques minutes en arrière et prends le temps de remater la scène au ralenti : on est des gars sérieux quand il s’agit de ta quéquette.

À ta gauche, une brunette à la bouche ensemencée ; à ta droite, une blonde affamée, qui n’a rien reçu du salaud juteur et qui voudrait bien sa part de gâteau, normal. Pieusement, comme on attend une hostie : sa bouche ouverte en dit long sur l’état de son désir. Patience est maîtresse des vertus, semble-t-elle nous confier. Car la brune aurait pu la faire en chien et avaler égoïstement la sainte mixtion, mais non. Généreuse comme ses gros boobies, elle a choisi de partager.

Et le sperme transvasa.

cumswap ebony lesbian

Tu as tapé #ebony et #cumswap, grand bien t’en fasse. Tu gagnes +50 Whuffies

Malicieusement, d’une bouche à l’autre. Élégamment. Une coulée blanche plus tard, et tout le monde est content.
Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Alors elles réitèrent, pour ton plus grand plaisir : de la blonde à la brune, puis de la brune à la blonde et ainsi de suite jusqu’à plus soif, ou plutôt : jusqu’à ce qu’il ne reste plus assez de jus pour amuser les deux gamines (ou trois, ou plus, si c’est ça qui t’émoustille). Le sperme est un sport collectif, pas de place pour ceux qui la jouent perso : y’a que des Numéros 10 dans cette team. Passe-passe le déj, y’a du monde sur la corde à linge – corde laiteuse et mimolette qui s’étire entre deux visages perlés.

Le partage te fait bander, et le plus beau c’est qu’il y a une explication rationnelle à tout ça : les marketeux appellent ça la “Génération G” comme Generous, enfants que nous sommes des réseaux sociaux et de la culture du #partage. Dorénavant, tu les regarderas d’un autre œil, ces chauves à lunettes qui parlent sur Twitter de #fluides et de #partage. Ils sont comme toi, tu es comme eux : jeunes gredins. Ne me remercie pas, c’est cadeau, Le tag parfait est un blog culturel avant tout. Verse une larme, fils : il y a quelque chose de pas si pourri au royaume du porno.

Crank 2 Ron Jeremy Porn stars

Manif de porn stars pour plus de #partage (extrait de Crank 2)

Car tu l’as bien compris : le #cum swapping est au porn-game ce que L’Huma est au Baron Seillières. “Partage du temps de travail, partage des richesses !”, scanderaient en cœur nos deux débauchée, s’il n’était pas si impoli de parler la bouche pleine. Subversif sans se l’avouer, le #cum swap dénote avec le reste du marché, royaume de la poudre aux yeux – de la poudre tout court, en fait. Fini les tasses + grosses voitures + grosses queues, tu veux du porno collectiviste : le #cum swap est là pour te servir. Devant ton écran ta queue est un drapeau rouge, et les souvenirs de tes premières manifs te reviennent en tête à force de l’agiter. Alors si d’aventure un gugus aviné te taxe de petit bourgeois, crache-lui ton sperme au visage et explique-lui que ton piquet de grève à toi, il trône entre tes jambes.

“Rêve, rêve et désire,
Tue l’ennui par le plaisir,
Montre que tu es en vie,
Serre le poing.”

Trust – Serre le poing

6 commentaires Voir les commentaires

  • Jisskov Molotov semble avoir complètement mis de côté l’impact thérapeutique qu’apporte ce bain de bouche… Medecine buccale for dummies tu liras ..

  • C’est vrai, c’est vrai : le cum swap se bat aussi pour combler le trou de la Sécu.

  • Marx, mon amour, tu te retournes dans ta tombe!
    Si le sperme était collectivisé, ça se jouerait entre les 3, sans distinction de classe, donc sans distinction de Genre.

    Là c’est juste une variante du libéralisme. question de valeur ajoutée et de raréfaction de la marchandise. Le chien c’est celui qui manque de fluides pour répondre aux besoins. On finira avec de graves carences si on laisse faire ça.

    Crois moi camarade : Un Marx, et ça repart!!

    Allons partons en lutte, unissons nos forces, produisons et redistribuons nos fluides, sans distinction de genre! l’avenir de l’humanité en dépend!

    C’est la luuuuuuuuuutte finaleee
    Grouponssssssss et demainnnnnnnnnnn
    l’interrrrrrrnationaaaaale, Sera le Genre HUMAIN.

  • Il ne faudrait pas pour autant confondre vitesse et précipitation, révolte et révolution : procédons donc étape par étape :-)
    On commence par les jeux de sperme, et pour la prochaine fois : que tout le monde en profite. Le mari, la cousine, et même le chien s’il le faut : tout le monde est convié au banquet.
    Et Le tag ne ratera pas une occasion d’en parler. L’arroseur arrosé, le juteur juté ? Ce sera le thème d’un prochain billet qui je l’espère finira dans ces colonnes…

    Bonus, juste pour toi, jeune gredine : http://www.youtube.com/watch?v=0BeB0cDr3R0

  • Merci bien, Chair Gredin.
    Les chiens, au banquet, comme tu pousses!
    Pas de précipitation, nonnnn, Chacun regarde (et fait) ce qu’il lui plait.
    M’enfin, le jour où on verra 2mecs partager un nectar de Skene, ce sera le jour du tag de la rivière Kwaî le plus long.

Laisser un commentaire