J’ai pécho ma télé, le porn de demain

Quand j’imaginais le futur du porno il y a quelques années, je pensais surtout à faire l’amour avec une fille. Maintenant que le filon est exploité, je me remets à réfléchir à ce futur proche et doutant fort que baiser avec un mec soit une révolution pour l’industrie, je me penche sur la question.

J’étais tranquillement en train de m’adonner à mon activité favorite de cinq contre un sur POV parfait quand ma tête a explosé. Ok, j’avais un peu cherché les emmerdes, j’avais pécho un Jack’s POV et je matais avec la gorge serrée Tori Black qui faisait des trucs très bien à son mec, enfin à moi, ou les deux, la barrière était floue tant le POV et la girl next door peuvent être fatales pour un esprit curieux. Donc me voilà, avec une gaule exceptionnelle, un chef d’œuvre de création, tellement belle que j’en aurais pris une photo avec un angle Myspace pour lui faire avoir plein d’amies. Ma bite et moi on était vraiment potes ce soir là, on avait Tori Black en HD pour nous et on se sentait bien. Le genre de soir où tu sais que tu vas assurer, aucune demi-molle en vue. Mais, c’était oublier Twitter et ce tweet qui sort de ma timeline: Dorcel et porno 3D.

Le tweet qui tombe au ralenti sur l’essence du mojo répandu autour de ma chaise. Silence. Une demi-seconde s’écoule. FFFFFFFUUUUUUU !!!!!!!! J’entrevois le futur dans un claquement avant d’exploser. Ma vie défile devant mes yeux, mes premiers POV, ma première fois, mon premier POV HD, mes derniers fantasmes.

Je me suis relevé, Tori continuait de bouger puis j’ai pensé à Stoya en 3D. FFFFFFFFUUUUUUU !!!!!! A terre le gars. Le choc fut terrible. Je me suis relevé tant bien que mal avec la gueule salement amochée et j’ai passé en revue mes girl next door préférées, puis les secousses se sont faites plus discrètes. Je commençais déjà à apprendre à vivre avec cette nouvelle donnée.

Tori Black Jack's POV

Toi, je te veux.

Il semble qu’une petite mise au point soit nécessaire. Je fais partie de cette génération qui lassée des faux seins, des faux acteurs et des situations débiles qui n’arrivent jamais, s’est penchée massivement vers le sexe amateur (devenu le REALamateur, car des filou$ ont pris le contrôle du secteur). L’avantage de l’amat’ est de coller à la réalité, et du moment qu’il n’y a pas un pote qui filme la scène, on y croit. J’y crois quand une sodomie se complique, german anal et amateur étant encore à ce jour la série de tag avec le taux de satisfaction le plus élevé. J’aime bien voir un couple baiser avec sincérité mais si possible bien filmé, en POV, avec une meuf bonne et sans dirty talk de merde. Du coup, on atteint vite les limites du genre, spécialement si c’est filmé en français. Les Américains qui ne sont pas les derniers des cons quand il s’agit d’entertainment l’ont bien compris et ont envoyé sur le marché du gonzo de plus en plus abouti, jouant à fond la carte des potes, l’empire Bangbros en tête. Tandis qu’à côté s’est développé le terme de la girl next door (qui a tendance à devenir ta meuf parfaite), instauré par le gonzo à moyen budget (Cumfiesta, Naughty America…) puis repris par les gros studios où nos stars préférées se la donnent avec succès.

Voilà plus ou moins où on en est en avril 2010. Des filles toutes plus belles que ta meuf qui baisent royale devant la caméra mais toujours avec ce triste écran 2D entre les deux. On note aussi une industrie qui a du mal à faire payer les moins de 35 ans (selon mes stats, VOUS TOUS) et qui continue à s’aligner sur le porn à papa, avec les clichés des 80s-90s. Mater du porn avec mon père ? T’as craqué Dorcel, même si c’est lui qui paye ! On veut des filles qui nous parlent comme si on était leur mec, la réalité augmentée, tu piges Gregory ?

Alors développons cette 3D. Disons, qu’un gros joint, des lunettes et Tori Black en POV ca me bote pas mal. Pour le prix d’une passe avec Zahia D., tu aurais le droit à une télé 3D, des lunettes et du porn à gogo, les MST et les seins refaits en moins. On va être honnête, même si les planètes s’alignent et que je résous ce problème de timidité, j’ai calculé mes chances de me faire sucer par Tori Black à 0,00001 %. Je préfère assurer et mettre une dizaine d’euros dans un film et un œuf.

Depuis cette terrible découverte d’un futur proche presque réel et surtout cool, je recommence à rêver. Comme lorsque j’imaginais ma première fois et que je me poignais sauvagement devant du porn dégueu. La frontière entre fantasme et réalité semblait pour un instant tombée, je lui disais « tu », ou je ne lui disais rien : la laissant faire. Je me demande ce que je vais pouvoir dire à Stoya 3D quand elle viendra me voir par le petit câble de ma fibre optique. Est-ce qu’on prendra un verre ensemble ? Est ce qu’elle me fera choisir sa lingerie et se dandinera dans le salon ? Tout ca m’enchante. En attendant, je m’applique à aligner ces planètes, on ne sait jamais.

4 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire