Charlie Laine, the perfect lesbian next door

Charlie Laine… Si je ne devais en citer qu’une, au moment de la dernière éjaculation, celle qui fera pousser les herbes folles, ce serait celle-là. Ce ne serait pas cette pétasse de Sasha Grey – malgré Nietzsche ! – ou une Française. Quand un mec cite Clara Morgane ou Katsuni comme ses actrices préférées, c’est comme un fan de Johnny Hallyday, j’essaye de comprendre mais je n’y arrive pas.

Charlie est la plus belle. La seule. Avec les petits seins qui pointent et un visage différent de la blonde péroxidée habituelle, une vraie girl next door. On a envie d’y croire, de tomber amoureux d’elle. Peut-être qu’elle ressemble à une ex, aussi. Ca doit jouer. Charlie est 100% lesbienne. Je crois. J’espère. Charlie, je t’ai choisie un jour, sur une vidéo et depuis tu es restée tout en haut de ma montagne.


Young Charlie Laine and girlfriend by the fireplace brought to you by PornHub

Dans la vidéo, elle est avec une jeune femme dont j’ai oublié le nom, une sparring-partner de bon aloi, ni belle, ni moche, sans prétention, avec ce petit côté « je suce dans les toilettes le premier soir » qui est plutôt agréable. Devant un feu, Charlie se masturbe seule. Détail important, elle n’enlève pas sa jolie culotte. Puis l’autre la rejoint, elles s’embrassent. Avec une voix off un peu grave. C’est mignon tout plein. C’est beau, simple, efficace. La scène n’est pas révolutionnaire, il y a des années que je ne me suis pas branlé dessus, mais de l’avoir retrouvé sur Pornhub, vue 650 000 fois, j’ai eu un regard attendri, presque paternel. Les autres vidéos de Charlie sont moins intéressantes ; l’âge venant, elle en fait toujours plus, va toujours plus loin. Celle avec Jenna Haze, strapon anal, est de bonne facture, mais elle n’a plus la même coupe de cheveux, elle a un peu vieilli, et je crois qu’elle s’est fait refaire les seins. Et, surtout, le côté pétasse de la miss Haze déteint sur elle.


Tight girlfriends in strap-on fuck brought to you by PornHub

Pour craquer à nouveau sur elle, j’attends un asslick – sans asslick, je n’éjacule plus sur une scène de lesbiennes – si elle le fait, je prends un avion et je la demande en mariage. En attendant, de l’asslick, de Jo, Velvet, Sapphic Erotica et de la filière hongroise, il faudra vite reparler.

Bonus:

Est-ce la nuit ? Est-ce le jour ?
Mais ton visage baigné de soleil me sourit,
si charmant et si doux,
et je suis heureux comme un enfant.

extrait de Chansons, in Dithyrambes pour Dionysos, Friedrich Nietzsche.

Désolé Sasha mais ce poème a été écrit pour Charlie, pas pour toi.

2 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire