Episode 1 : à la recherche de l’alt porn français

Payer pour du porn, pas trop mon style, mais j’avais pas le choix, j’étais à la recherche d’une scène alt porn française ou suicide girl ou même un peu punk enfin n’importe quoi pour me faire oublier les films baguettes de pain.
Donc j’ai pris ma CB, mon Manhattan, une compil’ gangsta rap hosté par Snoop Dogg (j’essaye de vous prouver que je suis un mec baisable) et un petit mouchoir direction porntour.fr. J’avais déjà entendu parler du site, puis on m’en a reparlé, enfin il fallait que je teste.

J’arrive sur le site. Je vérifie dans le dictionnaire le terme « tacitement » du contrat car on avait déjà essayé de me baiser avant même d’avoir baissé mon slip American Apparel (j’essaye de vous faire croire qu’en plus d’être un dur, je suis sensible). A mater ? Du fake « ex femmes », du fake « ex copines », du « gonzo US » (ca doit être un cousin éloigné), du « porn fr » doublé par Karl Zéro et quelques conneries d’un goût douteux. On part sur de mauvaises bases les gars, déjà on m’entube d’un euro qui risque « tacitement » de se transformer en abonnement à vie et en plus on essaye de me refiler du porn roumain sous l’étiquette « gouines blondes en braise… ».

Hé, esprit mabé.

J’avais donc déjà les glandes mais j’étais venu pour voir ce porntour. Le programme semblait alléchant, on me parle d’une Buick 70s qui sillonne la France et l’Europe à la recherche d’amat ok pour se prendre du matériel pro. Bon esprit. Je fonce direct vers la rubrique vote qui bug. Hum…

Porn Tour France Toulouse

Le Porn Tour européen sur l’axe Bordeaux – Toulouse

Alors plutôt les filles, une cinquantaine sont proposées, tatouées, punkettes, au premier regard ca semble sérieux. Je clique n’importe où et vise bien le signe play. Un générique « rock » puis un type avec un masque de catch mexicain emmène une amat se faire baiser en extérieur. La maison du beau frère devait être prise ou peut-être une envie de découvrir la nature sauvage. Je me suis dit, c’est donc ça le rock ‘n roll. Mais, la fille a dit cash « je vais me faire péter le cul », ambiance dans la caisse. Correction, c’est donc ça être vulgaire.

Scène en extérieur, la banlieue de Toulouse. La fille ne sait pas trop où regarder, étrange, ca m’emmerde malgré sa bouche qui me fascine. Comme j’avais décidé de rester professionnel dans cette mission, je commençais à me toucher, sans trop y croire.

L’accessoire de tout hardeur pro

Plus loin, un type avec un slip bleu American Apparel, acheté place de la Bourse à Toulouse. Stop. C’est quoi votre problème avec le sud ? Il bandait mou avec une petite bite, et se vantait de s’être fait sucé à six ans. Boloss de l’ile de la tentation, tu t’es trompé de casting.
Sa meuf était bonne, mais toujours ces regards qui ne savent pas trop où aller. J’ai cramé quelqu’un qui essayait de rentrer sur le plateau, ça m’a fait marrer. Comme ses tatouages, le mec bien vénère, tatouage tribal dit « la violence d’Hawaï », fait dans l’arrière boutique d’un coiffeur du Lavandou. Le mec est tellement sûr de lui qu’il se branle tout le temps et encule sa copine qui s’en fout vu que son petit truc bande mal. La fatigue visuelle.

Constat d’échec, j’ai continué ailleurs, du mieux, puis je me suis fini sur un mec qui fistait une go. Ouais, ça m’a plu, la fille l’a insulté quand il lui a demandé si elle aimait ca. En fait elle aimait bien ça, une fille honnête faut croire. Et c’est exactement le reproche qu’on peut faire à l’amat fr, trop sérieux, pas dedans, ils rêvent tous d’être pro. Pas de regards complices, pas de lol ni d’éclate, sauf si tu fistes. Faut croire que ca détend…
Conclusion, on est encore loin d’une véritable scène punk-porn ou un nom qui pourrait s’en rapprocher. Surtout que tous ces acteurs sont aussi punk que ton frère emo-gay, c’est stipulé sur le site « peut importe votre style vous serez relookée en PORNSTAR », la rue Keller a encore de beau jour devant elle.

Et, cette virée m’a couté le prix d’une baguette, l’amer impression d’être revenu à la case départ.


2 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire