A la recherche du tag parfait

Mes 15 ans m’ont apporté internet et une tête de con. Pendant que la famille découvre le monde merveilleux de l’internet, je travaille mon imagination et mes talents d’espion à la recherche du moindre sujet cul. Bouquins, magazines, CD démo, la voisine, ta soeur… Puis, je me retrouve seul devant l’internet. Mon premier tag fut un timide et fébrile « sex » dans le moteur de recherche d’AOL. Déjà des millions de réponses, mes premières scènes hardcore, mes premiers émois lesbiens, mon premier historique effacé.

Pendant des années mes recherches restaient bloquées à des stupides « anal » ou des tags lol, ambiancés zoophilie et cie pour faire marrer les potes. Les livres d’histoire mentionnent quelques percées avec l’arrivée de google, des Clara Morgane ou Jenna Jameson, du tag de supermarché, les bons fantasmes ratés des types dans le tunning. Mais, l’internet avance, l’adsl arrive, cinemaniaxxx, pornoamateur.be, des scènes de 80 mo et les divx des classics, puis… youporn.

2006 l’année zéro. Posé, calme, tu envoies du tag. Quinze minutes de recherche pour cinq minutes de branlette. Tu es un vieux routier du porn game, impossible de revenir à tes 15 ans où n’importe quelle meuf faisait l’affaire. Tu veux de la situation, de la pratique originale, t’es là, on t’auras pas avec ces boobs refais. Tu râles quand une musique déconne ou quand une meuf crie trop vite. Un plan coupé pendant un POV et la sanction tombe. Les hongroises te font plus bander, tu veux du realamateur et pas un connard qui filme ses potes. Un threesome bon esprit avec une mère et sa fille qui jouent le jeu de l’inceste sans tomber dans la version autrichienne d’un viol foireux et si la mère pouvait avoir des seins naturels et la fille des petits, et que tout ca se fasse avec le frisson de l’interdit avec une option asslick et sans faux raccord tu prends sinon tu next.

Bref, tu cherches, tu fouines, tu creuses ta tête à la recherche du tag parfait.


2 commentaires Voir les commentaires

Laisser un commentaire